23 août 2012

Pourquoi je dis merci à Adopteunmec ?

 Quand j'avais seize ans, et que j'allais au lycée, j'étais la pire feignasse du monde. Je faisais mes devoirs à moitié, je rêvais ma vie et je passais mon temps à traîner chez moi, alternant bisous à mon chien et glandouillage sur l'ordinateur. Un soir, je me suis dit que je m'ennuyais encore plus que d'habitude, et qu'en plus, je me sentais seule.

La solution s'est imposée à moi : et si j'allais sur un site de rencontres ? Ça occupe, ça flatte l'ego et puis dès que ça dérape, il suffit d'un clic pour tout stopper. Je pense que les sites de rencontres ont cette particularité assez attirante de nous sucer notre temps. On absorbe dix milles profils, on répond à dix milles mails et on se rend compte qu'il est déjà trois heures du mat'. Bref, c'était pile poile ce qu'il me fallait.

Paradoxalement, je n'y allais vraiment (mais alors vraiment) pas dans l'optique de trouver quelqu'un. J'étais vierge et absolument persuadée que je le serai jusqu'à la fin du monde en 2012.

Et puis, sur ce site tout rose, les charmes ont commencé à arriver. Dès le premier soir, un homme m'a tapé dans l’œil. Pourquoi, moi qui ne voyais que par Zac Efron, suis-je tombée sous le charme d'un pauvre humain totalement normal ?

Il portait un tee-shirt violet, un chapeau de paille, des mèches de cheveux dépassaient et il avait de tout petits yeux. Et aussi, il avait vingt-huit ans. Certes, je n'étais qu'une mythomane qui prétendait avoir 18 ans pour pouvoir accéder au site, mais tout de même, c'était un peu vieux... Pas assez pour l'inconsciente que j'étais, vu que j'ai accepté son charme, en me disant juste « oh allez, c'est le seul, je refuserai les autres vieux, on verra bien ce que ça donne ».
Premier mail de sa part : Assez flatteur pour te faire penser que t'es une petite bombe, assez original pour te faire penser qu'il n'est pas terriblement chiant, assez personnalisé pour te faire penser que tu n'es pas face à un vulgaire copié-collé. Bref, il avait beau être pour moi être à mille lieux de mes attentes, je me suis laissée tentée et lui ai répondu de manière tout aussi sympathique. Et là...

Ces instants ont déterminé le cours des trois années qui ont suivi, jusqu'à aujourd'hui.
Le premier soir, on a parlé, on a rigolé, on s'est charmés. J'ai totalement arrêté, dès que j'ai commencé à lui parler, de me rendre sur le site. Je me disais que ce n'était plus la peine. En à peine quelques jours, nous étions très attachés l'un à l'autre, nous avions envie l'un de l'autre... Je lui avais avoué mon âge (« oui mais j'ai bientôt 17 ans heeeein ! »), il avait pris peur, puis avait décidé de ne pas laisser passer notre chance. Comme d'habitude, « on verra bien ».
Deux semaines durant, j'ai eu droit à des coups de fils qui rendaient mes nuits blanches, et excitantes. Au son de sa voix qui me disait ce qu'il allait me faire, où il allait m'embrasser, la pucelle que j'étais gesticulait sous sa couette et sentait un million de papillons voleter dans son ventre. Lorsque j'arrivais les cernes aux yeux au lycée, j'étais ravie. Je me disais « haha, j'emmerde les cours, cette nuit j'ai parlé à l'homme le plus merveilleux de la Terre ».
J'avais tout d'une pucelle hystérique qui découvre le désir, le sexe, l'excitation, la vraie.

Même si on me hurlait de ne pas le voir, d'abandonner, d'oublier cet homme qui était soit un vieux psychopathe pédophile, soit un homme marié avec trois enfants... eh bien, j'étais amoureuse.

Je l'ai rencontré un soir, tard, lorsque sur un coup de tête il m'a dit « Je viens te voir, même si tu ne viens pas, j'arrive, pour te prouver que j'en suis capable ». J'y ai été, mon chien au bout de sa laisse (comme si cette mauviette allait me protéger) et le téléphone à la main, tremblant de tout mon corps. Lorsqu'il est arrivé, mon cœur a bondi. Il était beau.

Nous avons discuté sur un banc, et il m'a offert mon premier baiser, plaquée contre un mur, mon chien enfermé dans le hall de l'immeuble et nous regardant en couinant. Lorsque je suis rentrée chez moi, j'ai eu beau dire à ma mère que j'étais simplement allée acheter un cadeau à ma meilleure amie, je devais avoir une étiquette sur le front, du style : « Je suis une jeune perverse de 16 ans qui vient de recevoir son premier baiser de la part d'un inconnu de 28 ans terriblement beau rencontré il y a quelques jours sur internet », car elle a tout de suite vu que quelque chose avait changé en moi. Vue comme ça, cette histoire était insensée, merde. Et pourtant, elle a fonctionné.

Il m'a pris ma virgnité, puis mon cœur, puis mon avenir. Depuis trois ans, nous nous aimons, nous nous déchirons, nous avons nos pépins, et pourtant, après une journée de séparation nous sommes toujours en train de nous dire à quel point nous nous manquons. Mes parents voulaient m'empêcher de le voir, mon entourage voulait me prouver que c'était un pervers... Je suis encore avec lui, on s'aime, et on va bientôt aménager ensemble. Tout ça grâce à ce site bonbon d'Adopteunmec, qui a eu le mérite de lui montrer ma photo pile au bon moment. Il fait tout pour moi, il commet des erreurs comme tous les humains et il a la décence de les regretter. Il me rend heureuse, et ça, je le vois au nuage noir qui plane au dessus de mon crâne dès que je ne suis pas avec lui.
Finalement, on a beau y rencontrer les pires énergumènes du monde, je ne peux m'empêcher, chaque fois que je vois quelque chose en rapport avec ce site, de me sentir reconnaissante. Je ne suis qu'une bêtasse amoureuse. Et évidemment, on finit par me connaître : je l'assume ! (oui, je sais, à m'entendre, j'assume absolument tout)

Posté par JeuneAnecdotique à 23:24 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Pourquoi je dis merci à Adopteunmec ?

  • Wahou, tu sais que tu me fais rêver là ;)

    Posté par Em.., 24 août 2012 à 00:31 | | Répondre
  • outre le fait que ça soit une super histoire, je suis quand même hallucinée que maintenant les jeunes doivent aussi aller sur des sites de rencontre. je ne m'y suis mise à qu'à 25 ans (pucelle et tout et tout). ça ne me serait pas venu à l'esprit avant.

    Posté par unicks, 24 août 2012 à 09:00 | | Répondre
  • C'est mignon tout plein :)

    Posté par Vinie, 24 août 2012 à 10:28 | | Répondre
  • une bien belle histoire...

    Posté par Les Corps Beaux, 24 août 2012 à 12:30 | | Répondre
  • C'est une superbe histoire ! Trop mignon!

    Posté par Kylie, 24 août 2012 à 12:48 | | Répondre
  • C'est une très belle histoire! Je m'y suis mise à l'âge de 23 ans, je me suis connecté quand je suis partie en week end a Amsterdam et depuis je vis une très belle histoire avec un Néerlandais depuis bientôt 1 an, et ouais qui l'eut cru la quiche en anglais que je suis :)

    Bon emménagement!

    Posté par keepintouch2girl, 24 août 2012 à 15:18 | | Répondre
  • Quelle jolie histoire :)

    Posté par Chat virtuel, 24 août 2012 à 15:27 | | Répondre
  • Je découvre ton blog et ton article après quelques détours sur Hellocoton.
    Et je vois que tu vis une très belle histoire. :) Alors je vous souhaite tout plein de bonheur ! Vous avez bien fait de vous accrocher et de ne pas laisser tomber. :)

    Posté par La Grenadine, 24 août 2012 à 15:49 | | Répondre
  • jolie histoire que tu pourra raconter à tes enfants plus tard, je vous souhaite beaucoups de bonheur bonne continuation!

    Posté par donia, 25 août 2012 à 23:25 | | Répondre
  • Wow! C'est fou ça!!! C'est une belle histoire qu'on a là! ça me rappelle mon premier copain que j'avais rencontré via nos blogs Skyblog (hihihi!) et on est restés pendant 4 ans. Longue vie à votre couple!!!

    Posté par Teaso, 26 août 2012 à 18:38 | | Répondre
  • et ben voilà une belle histoire qui prouve qu'il faut se battre pour faire taire les préjugés :)

    Posté par sonia, 27 août 2012 à 10:17 | | Répondre
Nouveau commentaire