29 août 2012

Pourquoi je rêve de m'envoler vers le Sud ?

 

DSC_0028Cet été, j'ai été dans le sud, près de Béziers. Avec mon petit-ami, nous sommes restés une semaine dans un camping familial en bord de plage. Et c'est simple, je suis tombée amoureuse de tout ce que j'ai pu croiser là-bas. Le soleil, les gens, l'ambiance, les maisons, la mer... Ces sept jours sont passés comme sept minutes, et j'ai promis au Languedoc-Roussillon d'être bientôt de retour pour de nouvelles aventures ! Et il s'avère que contrairement à toutes mes autres vacances, je ne me suis pas ré-habituée à mon chez-moi. Je suis rentrée depuis un mois et demi, et j'ai toujours la nostalgie, l'envie d'y retourner à pieds s'il le faut, la petite boule au ventre dès que j'y repense. Plus les jours passaient après mon retour, plus mes idées s'éclaircissaient : c'était sûr, un jour, je vivrai dans le Sud.

Je pense que Paris a contribué à cet amour du Sud. Là-bas, je me sentais bien. Même pendant que je m'engueulais avec mon copain, je me sentais bien d'être là où j'étais. Je me traînais avec un réel plaisir partout où j'allais. Je n'étais même pas encore rentrée en région parisienne que je cliquais compulsivement sur Leboncoin.fr pour voir le prix des appartements dans le coin (d'ailleurs, ça fait rêver).

Pourquoi Paris est la maîtresse de ma décision de bouger mon cul d'ici et d'aller crécher chez les méditerranéens ? La réponse est toute bête : mais parce que PARIS CA PUE, PUNAISE.

Pour un million de raisons (au moins), je n'ai AUCUNE envie de passer ma vie ici, en région parisienne ! Je ne comprends même pas comment mes grands-parents, qui ont une maison de campagne, peuvent refuser d'aller y vivre à plein-temps.

1) A Paris, tout le monde est pressé. Tout le monde est triste. Tu te fais bousculer comme un caca, tu n'espères même plus un contact humain autre que les méchancetés que te sortent certaines personnes (sans raison, sinon ça n'a aucun sens), et tu te laisses embourber dans l'impolitesse. Les gens ne se parlent pas, ils ne font que se cogner les uns aux autres en continuant leur petite vie chronométrée... Moi qui aime observer les gens, avoir de possibles contacts positifs avec eux, je peux vous dire que je n'ai pas beaucoup d'os à ronger ici.

2) A Paris, je n'ose pas mettre un décolleté, une jupe ou un short sans être sifflée ou insultée dans la rue. Cela peut paraître tout bête, mais un "t'es bonne" ou "t'es charmante", avec le regard pervers qui va si bien avec, c'est très pesant à la fin de la journée. Tu rentres chez toi en ayant l'impression d'être sale, tellement tu as été effleurée "involontairement" par des mecs aux regards bien expressifs (si vous voyez ce que je veux dire), tellement on t'a bien fait comprendre que "toi, moi, dans un lit, baby, c'est quand tu veux", tellement on t'a manqué de respect sous prétexte que tu n'as pas répondu à un "je t'intéresse pas mademoiselle ?". Bien sûr, quand je mets des jupes, je sais que je vais être regardée, et des petits regards discrets en coin pour le plaisir, c'est tout ce qu'il y a de plus naturel. Mais je peux vous assurer que les petits regards discrets en coin sont une espèce plutôt rare. Ici, la mode est plutôt au « je te regarde comme si t'étais un gros bout de viande saignant et que j'avais pas bouffé depuis Noël ».

3) A Paris, même si tu portes un pull-over, t'inquiètes pas, il est tout à fait possible que tu te fasses insulter quand même. Tout le monde est servi, on est pas égoïstes dans la capitale. Ne furent pas rares les fois où je me pris de très charmants "t'es grosse" en passant à côté d'imbéciles finis, ainsi que des "p'tain les dents que t'as !" quand j'avais un appareil dentaire (oui, dans la rue, de la part de mecs que je ne connaissais pas), ou encore des "salope, tête de thon". Vous voyez, on se sent bien en rentrant à la maison, on se sent tellement aimée, et surtout tellement animée par l'idée d'un monde meilleur...

4) A Paris, la superficialité est reine. Je trouve d'ailleurs l'ambiance à Paris et en région parisienne plutôt malsaine. On a l'impression d'être à la fois une fourmi parmi tant d'autres fourmis, et pourtant, on se sent scrutée de partout. Tu portes une jupe, on te traite de pute dans ton dos. T'es pas coiffée, on se moque de toi. T'as une gueule de merde, on te traite de thon (tu as parfois envie de répondre "non, tu dois te tromper, moi je suis une humaine !", mais bien trop peur de se prendre une baffe dans la gueule...). T'as pas envie qu'on te regarde ? Déménage ! Je sais que je vais paraître abusive, mais je peux vous le dire, que ça soit au lycée, dans la rue, à l'université, c'est comme ça. On te regarde, on te jauge et on te juge. C'est dans la nature humaine, après tout. Mais dans le Sud, je me suis promenée en jupe, en short, en robe, parfois mal habillée, et je me sentais toujours bien. Les gens sont proches les uns des autres, et pourtant ils ne se dévisagent pas comme des chiens de faïence. Je me promenais sans peur. Alors, évidemment, c'est également une question de feeling, mais pour une angoissée bobo comme moi, la solution reste toute trouvée : je vous aime, alors cotisez-vous pour m'acheter une belle villa dans le Sud ! Et plus vite que çaaa !

5) A Paris, y a des piscines, mais où est la mer? Je ne la vois pas ! Et puis remballe-moi ton foutu AquaBoulevard de mes deux, s'il te plait... Où est l'air pur? Il me semble qu'il est parti en congé maladie depuis quelques années déjà. Où sont les étendues de sable, les champs de maïs, et surtout le LUNAPARK ? (hors sujet pour ce dernier, mais excusez-moi, ce parc est juste génialissime). J'ai besoin de respirer, d'avoir de la place, de me sentir bien avec l'environnement qui m'entoure, et ce n'est assurément pas à Paris que je pourrais m'épanouir.

Alors voilà, ceci était un article sans prétention, pour dire à quel point je ne suis pas faite pour la vie que je mène actuellement. C'en arrive au point que je n'aime pas sortir de chez moi, alors que j'ai pourtant le même ciel au dessus de ma tête que dans le Sud, le Nord ou autre part encore. Mais l'environnement, la mentalité des gens de la ville, tout cela me pèse. J'ai besoin de nature, j'ai besoin d'aimer l'endroit où je vis. Et ça tombe bien, car je suis amoureuse d'un magnifique endroit qui se nomme le Sud.

Pour prouver que je ne suis pas vilaine et extrémiste, je vais quand même vous donner pour finir des trucs chouettes à Paris :

-Déjà que y a pas beaucoup de boulot en France, alors si on en veut un, Paris est tout de même plus pratique pour dégoter un travail (certes mal payé, mais écoutez ma petite dame, on ne peut pas tout avoir!)
-Heu... Y'a beaucoup de Subway? (j'aime le Subway, je vends mon chien pour un abonnement gratuit au Subway ! Non, ok, pas mon chien, juste ma mère)
-Ici, j'ai ma famille et mes amis.
-Je suis désolée, mais je n'ai AUCUN autre argument percutant, c'est bien la preuve que Paris et ses environs me coupent littéralement la chique.



Pour les Parisiens, aimez-vous vivre à Paris ? Pour tout le monde, quel est l'endroit dans lequel vous aimeriez vivre si vous en aviez les moyens ? :)

Posté par JeuneAnecdotique à 14:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Pourquoi je rêve de m'envoler vers le Sud ?

    ...je me retrouve dans un certain nombre de choses que tu dis ! J'aime plus Paris ! Les gens sont trop fous, trop aveugles, trop pressés, trop... trop tout, en fait. Et encore, je ne vis plus dans Paris IM, donc le côté pressé-stressé, je ne le vis que quand je vais au boulot. Mais cette vie de parisienne me fatigue, et moi aussi je rêve d'un "Sud", dans le sud ou ailleurs. Un de mes plus importants projets à l'heure actuelle.
    C'est le fait que tous tes proches soient ici, qui te retient ?

    Posté par charlotte, 05 septembre 2012 à 09:17 | | Répondre
Nouveau commentaire