23 décembre 2012

Pourquoi tu me manqueras, petit Stéphane ?

Lorsque j'ai commencé mon stage, le directeur de l'école maternelle m'a dit « Dans la classe de Monique, il y a un petit garçon, Stéphane, qui est un peu spécial. Il lui faudrait une AVS pour s'occuper personnellement de lui en classe mais les parents ne reconnaissent pas qu'il a un problème. Peut-être que tu pourrais t'occuper de lui et essayer de le canaliser un peu ». Sur le moment, je me suis dit « non mais merde, je suis pas ici pour être AVS, je suis ici pour apprendre à m'occuper de tous les enfants ». Je n'étais pas d'accord du tout. Et puis, l'idée d'un enfant un peu handicapé mentalement, ça me faisait peur. Je ne savais pas encore m'occuper des enfants « sans problèmes », alors me foutre cette mission sur les bras, ça me filait les pétoches. Comment m'occuper de lui ? Comment l'éveiller ? Est-ce qu'il est violent ? Qu'entendait-il par « spécial » ?

Je suis allée dans sa classe. J'ai vite vu que ce n'était pas un enfant violent ou hyperactif.

Stéphane est un enfant qui, à 5 ans, a les réactions d'un très petit enfant. Il ne sait pas faire de phrases, exprimer de sentiment, de besoin. La plus longue phrase qu'il m'ait dite, c'est « Et voilà ! ». Il se promène partout dans la classe pendant que les autres font des activités. Il ne sait même pas ce qu'est une activité. La maîtresse ne peut pas s'occuper de lui. Elle lui donne un jeu avec des jetons de couleurs tous les jours et le laisse se dépatouiller avec. Il est un peu dans son monde, il est très dur de communiquer avec lui, de lui faire comprendre quelque chose et de lui expliquer une consigne simple. En gros, Stéphane ne peut pas faire grand-chose seul.

Le comble, c'est que je me suis attachée à lui. Au fil des jours, il me semblait de plus en plus naturel d'aller tous les après-midis m'occuper de lui, lui tenir compagnie, jouer avec ses jetons et essayer de l'éveiller. Dans un premier temps, ce fut un échec. Je n'arrivais à rien lui apprendre, je n'arrivais pas à fixer son attention sur quelque chose.

Et un jour, le miracle s'est produit. Je lui ai dit « Tu veux faire un puzzle ? », il a dit « oui ». Et il l'a fait. Au début, je l'aidais beaucoup. En quelques jours à peine, le petit garçon auquel on refourguait des jetons pour l'occuper savait faire seul des puzzles, aimait ça, et en redemandait. Sur le moment, je me suis sentie très fière. Pour moi, c'était une victoire. Au lieu de tourner en rond dans la classe pendant que les autres enfants fabriquaient leur calendrier de l'avent, Stéphane assemblait des pièces pour constituer des images. Il demandait mon aide, mais il se débrouillait très bien tout seul. Je partais souvent à la recherche de nouveaux puzzles pour lui faire plaisir.

Je me suis dit que je pouvais pousser le bouchon plus loin. Je lui ai montré beaucoup de livres, je lui ai posé beaucoup de questions, j'ai essayé de le faire parler, dire les noms d'animaux, et malgré ses difficultés, j'avais parfois de bons résultats. J'étais contente.

Je l'ai mis sur un ordinateur, et j'ai joué avec lui. Il était passionné par l'écran, même s'il ne comprenait pas le but du jeu. Mais il découvrait des choses, que personne n'avait le temps de lui faire découvrir en classe avant.

Un après-midi, alors que c'était « moment jeu de société », la maîtresse s'est assise à côté de Stéphane et moi. Elle m'a dit : « Tu sais, mardi c'est son dernier jour, il part vivre en Thaïlande ».

Je n'ai pas bien réalisé. J'ai feint d'être étonnée et j'ai juste lâché un « Ah, d'accord ». Au fond, quelque chose s'écroulait en moi. Je me sentais plombée, triste, fatiguée. Trahie, presque. Je m'étais occupée de lui pendant des semaines, je l'avais beaucoup pris en charge, et finalement, je m'étais attachée à lui. C'était mon petit Stéphane. Mon petit Stéphane qui me suivait jusqu'au dortoir des petits pendant que je m'occupais d'eux, pour que je lui mette son manteau. Mon petit Stéphane qui me parlait avec ses yeux, à défaut de savoir le faire avec sa bouche, pour me demander s'il pouvait s'asseoir sur la chaise, aller chercher un puzzle. Mon petit Stéphane qui réussissait à présent à finir des puzzles de 20 pièces en même pas deux minutes. Mon petit Stéphane qui parfois se mettait à rigoler tout seul.

Je m'étais en quelque sorte dévouée à lui. Quand j'étais en classe, j'y étais davantage pour lui que pour les autres. Pourtant, le but de mon stage était d'apprendre à m'occuper des enfants, à animer les activités, à les accompagner dans l'apprentissage des gestes de la vie quotidienne. J'avais préféré donné de mon temps pour lui.

Je me suis dit qu'après tout le temps que je lui avais consacré, qu'après les efforts que j'avais fait pour éveiller sa curiosité et ses capacités, j'aurais mérité d'être mise au courant un peu avant. Je ne l'ai su que le vendredi, pour un départ le mardi. Merci.

Le dernier jour, je suis restée avec lui. Même sa maîtresse m'a dit « Pour son dernier jour, je te laisse avec Stéphane, c'est quand même toi qui t'en es occupée ». Quand j'ai dessiné sa main pour le dessin du calendrier, et que nous avons marqué un mot derrière pour son départ, encore une fois elle m'a laissé marquer le mot en premier. Je me suis sentie encore plus triste. Cela signifiait que je n'avais pas inventé le temps que je lui avais consacré. Elle-même l'avait vu, et estimait que j'étais la personne qui méritait d'écrire le premier « Tu nous manqueras ».

Lorsqu'il est parti avec son papa, je me suis mordue les lèvres. Il ne fallait pas je pleure. Il partait pour un endroit chouette, il était avec ses parents, je n'avais pas à être triste. J'avais fait ce qu'il fallait, et maintenant c'était juste terminé. Mais non. Il a fallu. Il a fallu que je lâche ma larme, parce que sinon, je ne l'aurais pas laissé partir.

Il ne se souviendra peut-être pas de moi. Peut-être qu'il sera très heureux en Thaïlande. Je l'espère franchement.

Mais moi, je ne l'oublierai pas. Ses petits yeux noirs, ses joues bien rondes, son pull rouge « Cars ».

La veille de son départ, je l'ai pris sur mes genoux pour la première fois. Lorsqu'une petite fille a pris sa place, et qu'elle est ensuite partie aux toilettes, j'ai vu Stéphane regarder à droite, à gauche, méfiant, puis se dépêcher de venir sur mes genoux. J'ai eu envie de le serrer contre moi. Je l'aimais, cet enfant. Oui, c'était un amour affectueux, un amour bienveillant. Je voulais l'aider, je voulais qu'il se sente un peu comme les autres enfants. Je trouvais qu'il méritait autant que les autres qu'on s'occupe de lui. Il ne méritait pas qu'on le mette dans un coin et qu'on ne se soucie que des « normaux ».

J'espère qu'il ne perdra pas le peu que je lui ai apporté, là-bas. J'espère que ses soucis vont s'améliorer, qu'il sera heureux, et que quelqu'un s'occupera de lui apprendre encore beaucoup de choses.

Tu me manqueras, Stéphane.

Posté par JeuneAnecdotique à 18:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Pourquoi tu me manqueras, petit Stéphane ?

    La vache, j'ai faillis chialer !
    Peut-être que c'est AVS que tu devrais faire et pas ATSEM, nan ? ^^'

    Posté par Lew, 23 décembre 2012 à 18:19 | | Répondre
  • très émouvant...

    Posté par titite, 23 décembre 2012 à 18:31 | | Répondre
  • C'est sûre que si tu tombes sur un gosse pas sympa, enfin énervé, colérique, etc... le travail d'accompagnement est beaucoup moins agréable.

    Posté par Lew, 23 décembre 2012 à 18:52 | | Répondre
  • Courage ma Belle! :)

    J'ai aussi fait un stage il y a très longtemps dans une école qui s'occupe d'enfants autrement capables.. Je me suis attaché a un petit autiste qui était tout le temps dans son coin.. Parfois trop actif...

    Et pendant des semaines j'ai essayé de nouer le contact, une fois cela fait, nous avons réussi beaucoup de choses ensemble.. Et je m'étais attaché a cet enfant.. J'y allais chaque jeudi rien que pour lui, pour le faire jouer, le faire manger, pour un câlin ou lui apprendre a jouer...

    Je pense encore souvent a lui et je peux comprendre a quel point c'est dur pour toi :)

    Courage!! Courage!!

    Bises

    Anne-C

    Posté par Anne-C, 23 décembre 2012 à 20:21 | | Répondre
    • On s'attache facilement...
      Merci de ton témoignage =)

      Posté par JeuneAnecdotique, 23 décembre 2012 à 21:47 | | Répondre
  • Purée t'as failli me faire pleurer !!

    Posté par Rowkawa, 23 décembre 2012 à 21:23 | | Répondre
    • Zut,raté =)
      Plus sérieusement, merci de ton commentaire et de m'avoir lue, ça me fait plaisir

      Posté par JeuneAnecdotique, 23 décembre 2012 à 21:47 | | Répondre
  • Ben moi j'ai carrément pleuré. En tant que maman, je te remercie pour ce que tu as apporté à Stéphane. Même si ce n'est pas mon fils, j'imagine comme j'aurais été heureuse qu'on fasse ça pour mon enfant...

    Posté par Stelda, 23 décembre 2012 à 22:18 | | Répondre
    • Le papa ça lui passait au dessus de la tête... mais je m'en fiche, la maîtresse et moi savons très bien tout le temps que j'ai passé avec lui à lui faire faire des choses qu'elle n'avait pas le temps de lui apprendre elle-même :)

      Posté par JeuneAnecdotique, 24 décembre 2012 à 12:55 | | Répondre
    • Le papa ça lui passait au dessus de la tête... mais je m'en fiche, la maîtresse et moi savons très bien tout le temps que j'ai passé avec lui à lui faire faire des choses qu'elle n'avait pas le temps de lui apprendre elle-même :)

      Posté par JeuneAnecdotique, 24 décembre 2012 à 12:55 | | Répondre
  • Bon ben, moi je chiale comme une madeleine ! Merci pour ce texte magnifique et j'espère vraiment que ce petit Stéphane gardera en lui ce que tu as fait pour lui et que grâce à toi il aura ouvert une petite porte sur le monde !

    Posté par Cécile MdL, 24 décembre 2012 à 08:54 | | Répondre
    • Je ne me suis occupée de lui que deux mois (largement assez pour s'attacher apparemment...) alors il a besoin que quelqu'un prenne le relais. Les parents ne se rendent pas compte qu'il a besoin de quelqu'un pour s'occuper spécialement de lui, alors j'espère qu'ils s'en rendront vite compte pour que ça n'ait pas servi à rien.

      Posté par JeuneAnecdotique, 24 décembre 2012 à 12:56 | | Répondre
  • Très beau texte...
    Même si Stéphane est loin, je suis persuadée qu'il ne t'oubliera pas. Tu as fait beaucoup pour lui, tu as fait ce qu'on ne prend pas assez le temps de faire à l'école car les enfants sont perdus dans la masse, prendre du temps pour chacun

    Posté par Marcelle, 24 décembre 2012 à 09:21 | | Répondre
    • En effet. Quand je pense que depuis le début de l'année il passait son temps à faire le tour de la classe ou à mélanger des jetons sans but, ça m'énerve au plus haut point. C'est aussi la faute des parents, car l'école ne peut pas décider seul d'engager une AVS pour s'occuper personnellement de lui, c'est aux parents de dire "oui, il a un problème" et de faire les démarches... Sans ça, l'élève reste dans une classe où la maîtresse n'a pas de temps pour lui et où il n'apprend rien.

      Posté par JeuneAnecdotique, 24 décembre 2012 à 12:58 | | Répondre
  • je comprends ta tristesse et je te remercie pour ce beau texte !

    Posté par Bealapoizon, 24 décembre 2012 à 10:56 | | Répondre
  • Magnifique ton post, ma fille a dans sa classe depuis 2 ans un enfant "différent" et c'est en réalité la coqueluche, ses parents me disent toujours ils parlent de ses copines comme de "ses filles"...c'est une belle histoire que tu nous racontes et une experience qui te change pour toujours au final c'est lui qui t'aura apporté beaucoup...

    Posté par mummy is a blogu, 24 décembre 2012 à 11:26 | | Répondre
  • "Je ressentais la même chose au lycée et encore aujourd'hui. Sauf que ça ne me laisse pas indifférente, ça m'inquiète ! Mais je pense que tant que tu le vis bien, il n'y a pas de problème, si ? Ça t'empêche de souffrir et au moins, les seules personnes à qui tu accordes de l'importance, tu es sûre qu'elles sont importantes pour toi."

    Non, c'est pas très dérangeant pour le moment, mais ça peut peut-être le devenir plus tard... imagines que j'ai l'air désintéressée à un entretien d'embauche x)

    Posté par Lew, 26 décembre 2012 à 17:42 | | Répondre
Nouveau commentaire