13 janvier 2013

Pourquoi ça me manque que ça me manque ?


Pourquoi ton titre il est aussi pourri ? Attends, je vais t'expliquer.

Aujourd'hui, on va parler nichons et choses pas propres. Aujourd'hui, on va parler cul.

J'ai déjà évoqué ici mon « aisance naturelle » vis-à-vis des relations sexuelles et de mon désir. Mais là, j'ai surtout envie de parler de l'étape suivante : le moment où ce fameux désir met un short, une casquette, des tongs et qu'il se barre en vacances sans avoir demandé ses congés à la principale intéressée (toi, en l’occurrence).

Je ne sais pas trop pourquoi il est parti. Finalement, ça s'est passé très soudainement. Pendant presque trois ans, nous avons été copains comme cochon, il ne me quittait pas d'une semelle et c'était très bien comme ça. Je me souviens encore les mercredis matins au lycée, je n'écoutais rien aux cours, car je pensais à toutes les cochonneries que j'allais faire avec mon amoureux l'après-midi. Je gesticulais parfois, mais écouter la professeure, ça je ne le faisais pas. Je me souviens quand c'était encore moi qui faisais le premier pas, il n'y a pas si longtemps... Et finalement, le désir, le manque rapide de sexe, eh bien ça me manque. L'excitation me manque. Pourtant, quand on a pas envie de sexe comme c'est mon cas actuellement, on y voit un intérêt très limité et on pense à d'autres choses.

Non. Pas moi. Je suis trop chiante pour faire aussi simple. Mon cerveau préfère regretter ma folie sexuelle d'antan, sans faire quoi que ce soit pour la ré-animer.

Autopsie de mon vieux copain, avec émission d'hypothèses  plausibles sur sa disparition :

1) A force de faire le premier pas en permanence et de me prendre quelques râteaux et de ne jamais me sentir désirée, mon cerveau a dit « MERDE, cocotte, t'en as pas marre d'être faible ??? Je vais envoyer Désir en RTT sans ton accord, ça te laissera le temps de te racheter une dignité, ça fera les pieds à ton copain et tu n'en souffriras même pas vu que tu auras autant envie de cul qu'une pelle à tarte ! ». La typique vengeance inconsciente.
2) Ma pilule a bouffé ma libido toute crue sans aucun scrupule et se caresse doucement le ventre sans se rendre compte que son goûter est en train de ruiner ma vie sexuelle : Le coup classique de la femme punie de ne pas vouloir d'enfant. INJUSTE.
3) Le syndrome cordon-bleu, dans mon jargon : j'ai tellement voulu du sexe, j'en ai tellement eu que maintenant, j'en ai marre. Fut-il un temps où la même chose est arrivée avec les cordons bleus. A force d'en ingurgiter tous les deux jours, j'ai fait un violent rejet psychologique de cet aliment. J'ai mis deux ans à en avoir ré-envie. Croisez tous les doigts pour que ça ne prenne pas aussi longtemps à revenir, parce que sinon je peux tout de suite hiberner et perdre espoir de garder mon copain.
4) L'exaspération grandissante causée par le manque d'engagement et de projets d'avenir de mon copain prend le pas sur mes envies. Un peu comme si à force de me dire qu'on ne passera jamais à la vitesse supérieure, j'en avais marre de faire vivre notre couple et que je perdais toute envie de me comporter comme une petite-amie normale, vu que ça ne mène à rien. Enfin bon, je dis ça, mais j'espère pas. Ce serait ballot.
5) Dernière hypothèse : je deviens adulte, et mes journées de travail à rallonge finissent par me donner des envies bien plus simples que seksser : manger, voir la lumière du jour de temps en temps, dormir. (une douche est peut-être envisageable.)

En fait, la première hypothèse serait la plus chouette, parce que ça signifierait un retour imminent de la bête... Après tout, quel ne fût pas mon plaisir de surprendre mon copain, pendant nos vacances, à essayer de me faire comprendre son envie, en me lançant des regards, des petits mots, des gestes évocateurs... Punaise, j'avais beau ne pas avoir spécialement envie de bouger mon corps, ça m'a fait plaisir au cœur de voir qu'il avait envie de moi et qu'il prenait la peine de venir vers moi quand je faisais la grève du sexe. Je me suis dit que ce n'était pas un cas désespéré et que peut-être, si un jour ma libido pointait le bout de son nez, nous pourrions avoir une vie sexuelle très épanouissante.

Car c'est tout ce que je veux. Prendre du plaisir, et en donner à mon copain. Et j'espère en avoir les moyens très bientôt. Je me sens nue, sans ma libido. J'avais l'impression que mon envie fréquente, ma grande ouverture d'esprit, mon aisance, mon envie de tester beaucoup de choses faisait de moi une fille unique parmi toutes les petites-copines qu'il a eu. J'avais l'impression que j'étais particulière, et que je n'étais pas qu'un numéro banal en plus, que j'étais LA femme. Me retrouver sans cet aspect de moi me fait peur. Comme si ce qui me rendait meilleure que les autres avait disparu, et que tout à coup, je redevenais vulnérable, un vulgaire numéro qu'on peut facilement laisser de côté pour passer au prochain. Numéro 29, c'est à vous.

C'est peut-être pour cette raison que la disparition de ma libido m'inquiète davantage qu'une potentielle disparition d'envie de Mcdo ou de Nutella... Parce que je pensais qu'elle me rendait plus belle aux yeux de mon copain. Je lui lance un SOS : je sais que les vacances c'est chouette, je sais que tu en as marre de bosser comme une dératée, mais je t'aime, tu es mon amie, et je veux que tu reviennes. Je l'exige même, parce que quand même, c'est qui le chef, là ?

A tout de suite, j'espère.

Heureusement et contrairement à ce qu'on pourrait croire, je ne me définis pas uniquement par cela. Sinon, il aurait eu plus vite fait de payer quelqu'un pour faire tout ce qu'il voulait... C'est juste un aspect de ma personnalité que je trouvais très important, ma liberté de désirer, mon côté gourmand, et je n'aime pas le voir s'éteindre sans raison. Je ne suis pas vide... Juste incomplète.

Envie ou pas, mon avis ne change pas sur une chose : le sexe dans un couple est trop important pour le laisser de côté. Et c'est bien pour cette raison que ça me manque que ça me manque. Si je n'ai plus envie de quelque chose que je trouvais fondamental à la survie du couple il y a quelques temps, ça me fout les chocottes et c'est une réaction assez logique, en un sens. Est-ce le début de la fin ? Est-ce qu'au fond, cela ne signe pas uniquement une envie inconsciente de tout arrêter ? Est-ce que mon corps n'est pas juste en train de me faire comprendre que mon chéri n'est plus fait pour moi ? Pourtant, son corps n'a pas changé, j'aime son corps, j'aime me serrer contre lui, alors pourquoi n'ai-je plus envie de lui ? Pourquoi nom d'un chien a-t-il fallu que c'te salaté de libido prenne ses jambes à son cou sans me dire si, oui ou non, elle serait de retour un jour ? Le manque du manque laisse place à l'inquiétude, et ça, CA, ce n'est pas bon du tout pour le moral. Alors je m'assieds, et je l'attends, le désir. Il reviendra. J'espère.



Et vous ? Il est déjà parti en vacances, votre Désir ?:)

Posté par JeuneAnecdotique à 18:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Pourquoi ça me manque que ça me manque ?

    Ouep, le mien est en berne, mais pour ma part, je crois savoir d'où ça vient: si je ne me sens pas désirée, je ne désire plus. Bête comme chou.

    Posté par happy hippie, 13 janvier 2013 à 18:10 | | Répondre
    • Oui, le principe du partage en fait. :-) Au lieu de désirer dans le vide, on ne désire plus...

      Posté par JeuneAnecdotique, 13 janvier 2013 à 18:14 | | Répondre
  • Oui y a pas si longtemps que ça, ma libido avait pris ses congés aussi. A notre grand désespoir à monsieur et moi. Mais en ce moment, ça revient tout doucement. Ca va et ça vient quoi ^^

    Posté par Mouchka, 13 janvier 2013 à 21:25 | | Répondre
    • Oui, si ça a l'air si exceptionnel pour moi c'est qu'en 3 ans ça ne faisait que venir, ça ne s'en allait jamais ! lol

      Posté par JeuneAnecdotique, 14 janvier 2013 à 11:48 | | Répondre
  • Je pense que la 5ème éventualité peut être envisageable largement. De mon côté, quand je suis fatiguée, que je ne suis pas très bien, l'envie disparaît aussi. Il suffit par dessus de se poser plein de questions sur le sujet, et le désir se fait la malle, mais il revient. Comme dit Mouchka, çà va et çà vient. A un moment donné, je voyais les mois passer et je n'avais même pas envie qu'on me touche (heureusement que j'étais célibataire, mais bon, le désir est malgré tout là, même seule. Là il avait disparu et je me voyais déjà célibataire à vie, tout çà parce que l'envie s'était barrée) Et un jour, j'ai recommencé à ressentir mon corps, à avoir envie de nouveau d'avoir quelqu'un dans ma vie (bon, il n'est toujours pas là, mais c'est un autre sujet :-) çà fait au moins 2 mois que j'ai dit que j'en ferais un article humhum...) Si tu vois que çà dure trop longtemps, là peut-être qu'avec le stage, tu seras aussi un peu moins fatiguée de tes journées, essaie de voir du côté de la pilule avec ton gynéco et de vous réinventer une nouvelle vie sexuelle, en faisant des choses différentes, à mettre du piquant pour que vous soyez tous les 2 pleins de désir. Essaie de ne pas trop te rajouter l'inquiétude en tout cas, même si je te comprends, me posant bien des questions sur le sujet... mais je sais aussi que plus on y pense et plus on "bloque notre cerveau" Je te fais de gs bisous ma ptite Ellie, courage, çà va revenir, l'envie d'avoir envie

    Posté par PtiteDelph, 13 janvier 2013 à 22:49 | | Répondre
    • Si c'est ça, alors je n'aurai plus jamais de libido, parce qu'il y a bien un moment où je travaillerai à plein-temps TOUT LE TEMPS et pas que pendant une période de stage ! En gros je suis chochotte :D
      Le problème, c'est que je ne suis pas célibataire, et mon copain a beau être normalement moins mordu de sexe que moi, il reste humain et il tient maintenant moins longtemps que moi (maintenant je peux tenir 2 semaines et plus alors qu'avant c'était 2 jours...) et ce changement s'est vu, vu qu'il m'a dit qu'il me sentait m'éloigner... Ca me fait de la peine de lui donner cette impression, mais elle n'est pas si fausse, en tout cas en ce moment, d'où le problème.

      Pour ré-inventer une nouvelle vie sexuelle, ça faudrait que je change de copain, parce qu'avec le mien j'ai tout essayé, il n'est pas très créatif. Je suis fatiguée de faire tous les efforts ! ;)

      Merci à toi de ton commentaire PTiteDelph, et gros bisous ! <3

      Posté par JeuneAnecdotique, 14 janvier 2013 à 11:51 | | Répondre
  • Très bel article!

    Posté par josiecoccinelle, 14 janvier 2013 à 01:19 | | Répondre
  • Ah, la grande question... Je vais dire (écrire) une énormité du genre de celles à laquelle tu vas répondre un truc comme "plus facile à dire qu'à faire hein" mais comme c'est très lié à l'état de stress toutes ces choses là, plus tu vas gamberger, t'angoisser, attendre, te questionner, plus ce sera difficile, je pense, pour ta libido de revenir. La piste de la pilule n'est pas à négliger je pense, moi je sais que ça me fait cet effet là :)
    Bises :)

    Posté par Miss Blemish, 14 janvier 2013 à 09:40 | | Répondre
  • oui pendant un bon bout de temps, mon désir c'est fait la malle...parce que j'acceptais pas cette partie de moi, que je suis rentrée dans la vie active (faut pas se faire d'illusion, ça joue) et que j'ai été légèrement "le monde est noir" pendant deux ans. Depuis j’essaye de voir la vie moins noire, j'ai accepter cette partie de moi et j'ai changer de job pour un plus facile qui ne me pompais pas toute mon énergie.
    et ma libido est revenue :) (au grand plaisir de qqun d'ailleurs)

    Posté par Cari, 14 janvier 2013 à 10:59 | | Répondre
Nouveau commentaire