17 mars 2013

Pourquoi mon blog n'est pas mon journal intime ?

Jusqu'où peut-on aller sur son blog ? Jusqu'où osons-nous nous dévoiler ? A partir de quand nous disons-nous "Ah non, sur ça, j'ai bien trop peur qu'on me juge" ?

Je pensais qu'ici, je n'avais pas vraiment de limite. J'ai déjà dit que j'étais obèse, que mon ex me "traitait" de nymphomane, que je mangeais mes crottes de nez étant petite, que j'avais encore peur du noir, que j'étais un monstre de jalousie mais que lorsqu'on ne me comblait pas, j'étais capable d'avoir des envies d'infidélité... J'ai déjà montré à quelle point j'étais imparfaite. Pire qu'imparfaite, même. Et ça ne me faisait pas si peur que ça. Parce que je pouvais assumer qu'on me juge là-dessus.

En fait, je suis honnête. Je me dévoile beaucoup. Mais je mens, par omission. J'ai peur qu'on me dilapide, qu'on me montre du doigt, et que tout à coup, les gens qui m'appréciaient se disent qu'en fait, je suis quelqu'un de mauvais, qui fait n'importe quoi, qui ne mérite pas respect.

Lorsqu'on s'ouvre, que ça soit sur un blog ou autre part, on accepte indirectement le jugement, qu'il soit exprimé ou non. Si on ne voulait pas d'avis, on pourrait se contenter d'aller griffonner quelques mots dans un cahier et de le cacher sous le matelas ensuite. Je me pensais prête à accepter ce jugement sur à peu près tout, tant qu'on ne m'agressait pas. Et en fait, bah, non.

Moi aussi, j'ai mes petits trucs qui me font honte. Je suis capable dans un article gif de vous dire sans gêne que je fais l'amour par téléphone avec mon copain, mais si par exemple il était en couple avec deux enfants, est-ce que j'oserais le dire ici ? Est-ce que j'oserais vous dire que ça me fait mal de le savoir endormi chaque nuit près d'une autre, alors que c'est ma faute et la faute de personne d'autre si j'en souffre ? Non, je ne pense pas. En fait, là où je croyais pouvoir dire tout ce que j'avais besoin d'exprimer en clamant que pour le jugement hâtif c'est la porte à côté, je me rends compte que les gens auraient bien raison de me juger.

Soyons honnêtes. J'ai déjà jugé quelqu'un, tu as déjà jugé quelqu'un, et les gens nous jugeront toujours. C'est comme ça. Ce n'est pas si mal, finalement. C'est que nous ne sommes pas si indifférents que ça aux gens qui nous entourent, en bien ou en mal. Plutôt que de tous nous ignorer constamment sauf pour s'envoyer des bisous, peut-être que parfois certains ont besoin qu'on leur dise notre manière de penser. Pas pour se remettre complètement en question ni rien. Juste parce que c'est naturel, d'avoir un avis, c'est courageux de le donner et ça aide à grandir de le recevoir.

Et parce que j'ai compris que les gens auraient bien raison de me juger sur certaines choses, je mens. Par omission. Je ne suis pas si courageuse, je ne suis pas si forte. J'ai des aspects de ma vie pour lesquels j'ai besoin, pendant un temps, qu'on ne vienne pas mettre des coups de pied dedans.

Alors je ne sais pas jusqu'où vous vous autorisez à aller sur votre blog... Mais moi, je m'arrête là où la honte ne me fait pas avoir peur des gens qui arriveront ici sans me connaître, mais surtout des gens que j'apprécie, voire que j'aime, et qui ont une certaine estime de moi. Voilà voilà.

Posté par JeuneAnecdotique à 14:11 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


Commentaires sur Pourquoi mon blog n'est pas mon journal intime ?

    Je suis arrivé ici un peu par hasard. Et je trouve intéressant ton questionnement. Jusqu'où peut-on aller dans ce que l'on confie sur notre blog...
    J'ai l'impression de me dévoiler pas mal mais je constate à te lire que je ne le fais peut-être pas tant que ça.
    Les gens qui viennent me lire en général ont surtout des blogs littéraires. Ils se racontent moins. Sincèrement je ne sais pas jusqu'où je pourrais aller...

    Posté par Thomas_, 17 mars 2013 à 14:50 | | Répondre
  • Même si j'ai avoué mes tendances violentes et le fait que ma soeur, partit à Dublin (et revenue depuis) ne me manquais pas, je me suis rendue compte qu'il y avait aussi certaines choses que j'étais un peu gênée de dire... Pourtant c'est assez souvent des choses moins "graves" que celles que j'ai déjà dite...

    Posté par Morgane, 17 mars 2013 à 16:46 | | Répondre
  • "Pareil. Comme je le dis dans mon article, dire que j'ai envie de tromper mon copain car il me fait presque pas l'amour, ça j'ai osé... Par contre dire que je sors avec un homme "établi" je ne pourrais pas. La honte, le jugement... Y a des sujets, moins graves en apparence, qui nous toucheront davantage si on nous lance des piques dessus. Du coup bah on les esquive ces sujets :/"

    Pourtant quand on y réfléchis les gens à qui on parle ne nous connaissent pas, ils peuvent nous juger mais il ne peuvent pas le faire dans notre intégralité.

    Posté par Morgane, 17 mars 2013 à 18:46 | | Répondre
  • Côté jugement, j'ai beau tourner ce mot dans tous les sens, je me rends compte qu'il m'en faut une dose pour arriver à juger le comportement de quelqu'un. Je pars toujours du principe qu'il y a une raison à certaines choses. Sans pour autant tout cautionner, parce que parfois, j'ai envie de foutre des baffes, je n'accepte pas certaines choses et ne tolère pas non plus certains trucs, mais ce n'est pas du jugement. Cà ne va pas remettre en question ce que je ressens pour la personne. Tu pourrais dire que ton copain est marié avec 2 enfants, ce n'est pas pour autant que je me dirais que tu es une mauvaise personne. Ma maladie m'aide un peu à relativiser les choses et à ne pas faire de jugements sur tout et trop hâtifs. De mon côté, on pourrait croire que je suis très bavarde en vrai, mais dans la réalité peu de personnes (1 à vrai dire...) sait ce que je dis ici, je suis très pudique sur ce que je dis et n'évoque pas tous les sujets avec tout le monde, parce qu'on m'a souvent jugée (c'est sans doute pour çà aussi que moi je ne me le permets pas trop, parce que je sais à quel point çà fait souffrir). Certaines personnes proches me lisent depuis un certain temps, me connaissaient avant et quand elles ont commencé à lire, elles m'ont dit "je ne me serais jamais doutée des 3/4...", c'est dire à quel point je cache bien mon jeu et que je ne parle pas de tout çà si facilement. heureusement que j'ai mon blog pour en parler, parce que par écrit, je me dis "on me lit ou ne me lit pas point. Je ne dérange personne avec mes problèmes et les personnes qui me suivent sont des personnes aptes à comprendre, alors c'est bon, je peux le dire)", c'est une façon de ne rien imposer à personne en fait, davantage que la pudeur et puis pour moi, l'écriture a toujours été plus simple que parler directement. Je ne dis pas tout sur mon blog, j'ai des soucis que je n''évoquerai jamais par ici. Toute vérité n'est pas bonne à dire, je l'ai payée cher à un moment donné... ce n'est pas que j'en ai honte, mais je pourrais blesser certaines personnes et je ne le veux pas, même si parfois on ne le fait pas intentionnellement. Reste comme tu es, on a toutes des choses à cacher, des trucs dont on n'est pas fières, çà ne fait pas de nous des personnes moins bien ou mauvaises. Je te fais de gs bisous ma ptite Ellie <3

    Posté par ptitedelph, 17 mars 2013 à 20:00 | | Répondre
    • Oui, je pense que c'est le cas pour beaucoup d'entre nous... Sur notre blog, on fait des pavés, on dit tout ce qu'on ressent, et en vrai... Ca bloque, on n'arrive pas à dire aux autres un dixième de ce qu'on écrit sur notre blog.
      Moi non plus je ne juge pas hâtivement, mais tout le monde n'est pas comme moi et je le sais bien. Ceux qui jugent hâtivement ne sont pas de mauvaises personnes non plus... Juste, on pense à eux au moment de se dévoiler quand même, et ça peut faire reculer.
      En tout cas ça fait plaisir ce que tu dis... Sur le fait que si je sortais avec un homme établi ça ne changerait rien au fond... C'est des lectrices telles que toi que j'ai peur de décevoir parfois à travers mon blog !
      Gros bisous.

      Posté par JeuneAnecdotique, 18 mars 2013 à 13:03 | | Répondre
  • Ton article est intéressant, je pense que tous les auteurs de blogs se la posent à un moment donné et continue à se la poser régulièrement : "suis-je prêt(e) à ce que tout un chacun puisse lire ceci de moi/sur moi/à propos de ma vie et mes choix ?". C'est à chacun de décider où est la limite et bien souvent on peut en dire beaucoup sans tomber dans l'exhibitionisme ou le déballage de vie privée en empruntant simplement des chemins détournés pour aborder un sujet sensible et personnel.

    En revanche, lorsque tu en viens à nous parler de jugement, je ne suis plus d'accord : personne n'a à se permettre de juger quiconque. Je ne dis pas que les gens ne le font pas, je dis simplement que dans l'histoire se sont les juges qui devraient avoir honte de leur comportement plus que ceux qui tombent sous le coup de leurs regards réprobateurs. Car nul ne peut se mettre à la place de la personne jugée, nul ne peut savoir ce par quoi elle est passée, la réalité de sa situation et le contexte dans lequel elle a fait ses choix. Tant que cette personne respecte la loi, personne n'a à se porter juge de ses conduites sinon elle-même. On peut conseiller, essayer d'aider, de comprendre, de parler mais on ne peut pas penser ni agir pour cette personne/à la place de cette personne. Alors non, les jugements ne font pas grandir, ni s'enrichir. Un conseil, une main tendue : oui. Quelqu'un qui se pose en mère supérieure bien pensante : non.

    Bises

    Posté par Miss Blemish, 18 mars 2013 à 07:49 | | Répondre
    • Je sais bien qu'on n'a pas la légitimité à juger des personnes, encore plus lorsqu'elles ne nous montrent que ce qu'elles veulent bien, c'est à dire un dixième de la vérité, de ce qu'ils se passent vraiment dans leur vie...
      Juste, je ne me fais pas d'illusions. Je suis imparfaite et les gens aussi, et je sais bien que parfois, le jugement arrive tout seul chez quelqu'un... Si par exemple je sortais avec un homme marié, on aurait beau ne pas avoir le droit de me juger... Bah ce serait quand même naturel de me voir négativement, parce que c'est très péjoratif lorsqu'on ne connait pas l'histoire. Je ne dis pas que c'est bien, juste que c'est naturel et qu'il vaut mieux s'y faire :(
      Merci de ton commentaire !

      Posté par JeuneAnecdotique, 18 mars 2013 à 13:06 | | Répondre
  • "Avoir un avis, c'est courageux de le donner et ça aide à grandir de le recevoir", je suis complètement d'accord ! c'est très bien formulé mais effectivement ce n'est pas toujours facile. C'est difficile de savoir quelles sont les limites de notre blog, même si on ne connait pas toujours voire pas du tout les personnes qui nous lisent, on n'a quand même pas envie d'être jugés, c'est un sentiment humain de préférer garder certaines choses pour soi, je pense.

    Posté par Kikekoidonc, 18 mars 2013 à 11:44 | | Répondre
    • Le truc c'est que je n'ai même pas envie de le garder pour moi... J'aurais bien besoin de parler de certaines choses... Mais ces choses dépassent la limite de ce que je suis capable d'accepter comme jugement, malheureusement.

      Posté par JeuneAnecdotique, 18 mars 2013 à 13:07 | | Répondre
  • Questionnement très intéressant effectivement... Il y a parfois des choses que j'écris et que je garde pour moi, finalement. Alors qu'au début, je pensais le publier, au moment du point final, je me dis que non, ce n'est pas possible d'exposer çà.
    Parce que trop intime, parce que trop intense pour moi, et pour les personnes concernées. A chaque fois que j'ai un doute, je fais relire mon texte à mon mari pour qu'il me donne son point de vue, lui qui est très secret... Et çà m'aide bien ;)
    Mon journal intime, le vrai, il est toujours sur moi ! Rien ne vaut un stylo pour laisser filtrer ses émotions !

    Posté par FleurDeMenthe, 18 mars 2013 à 12:49 | | Répondre
    • C'est vrai qu'écrire dans un vrai journal, c'est l'alternative parfaite quand on n'ose pas trop sur notre blog... Faudrait que je m'y remette ! :)

      Posté par JeuneAnecdotique, 18 mars 2013 à 13:08 | | Répondre
  • Je ne crois pas que la différence entre le journal intime et le blog tienne au sujet ou à la peur d’être jugé. Je trouve que les bons articles sont toujours ceux qu’on a un peu peur de publier. La différence, c’est que l’article de blog apporte quelque chose au lecteur, alors que le journal intime non.

    Posté par Caro Hardy, 18 mars 2013 à 20:24 | | Répondre
  • vous êtes courageuse de dévoiler votre vie, mais je vous tire chapeau, car c'est votre vie, il faut en être fière et l'en assumer.
    Mais sachez très bien que nous tous sans exception, nous avons des défauts et beaucoup d'imperfections que nous cachons tous.
    La différence, c'est que vous vous les dévoilez, nous par contre, nous les cachons.
    Bonne continuation.

    Posté par titi, 08 mai 2013 à 22:11 | | Répondre
Nouveau commentaire