02 septembre 2012

Pourquoi j'ai fait une dépression ?

cercle-vicieux depressionVoilà. Je vous présente ma vie pendant quatre ans.

 

 

 

Je ne sais pas si j'ai vraiment fait une dépression. J'ai fouillé internet, fait le test de Beck des centaines de fois, et chaque fois, la réalité me rattrapait : cela ne pouvait être que la dépression. Le test me classait même dans la catégorie dépression sévère.
Quand est-ce que tout cela a commencé ?

A la fin de mon année de troisième, je pense. Je venais de perdre définitivement mon premier amour, celui qui illuminait mes journées sans même le savoir. J'avais passé l'été au lit, à pleurer, à dire que la vie c'est nul. Aujourd'hui, je me rends compte que cette histoire a été le déclencheur de ma fulgurante chute morale. Mais pas la cause générale.

Après cet été de déprime, je suis entrée au lycée. A ce moment-là, j'ai changé du tout au tout. Moi qui étais si joyeuse avant, qui avais toujours une blague débile à balancer, j'étais devenue triste et ennuyeuse. Durant toute l'année, j’exécutais mes journées comme un robot, je ne voyais personne, et je repoussais tout être humain qui aurait voulu me faire sortir de chez moi. J'ai survécu comme ça un an, et je me disais que cette déprime, cette sensation d'être vide, finirait bien par passer. L'année suivante, j'ai rencontré mon petit-ami. C'est à ce moment-là que ma dépression est passé d'un mode « passif » à un mode « actif ». Pourquoi ? A force de resté cloîtrée chez moi, je ne savais pas comment marchait la vie. Je pensais que c'était comme dans les films. Je pensais que le romantisme était une réalité. Quelques temps après m'être mise en couple avec lui, je me suis rendue compte de la triste vérité : la vie, ce n'est pas un film. Oui, mon copain trouvait Megan Fox bonne, non mon copain ne me caressait pas les cheveux en me disant à quel point j'étais belle, non mon copain ne me faisait aucune déclaration enflammée à la première réconciliation, oui on s'engueulait, on boudait, et cela ne se terminait jamais de manière aussi belle et dramatique qu'au cinéma. J'étais idiote, naïve, et cette relation m'attristait. Pas à cause de mon copain ou de notre couple, mais à cause de tout ce que je m'étais imaginée, dans mon cœur d'adolescente. La réalité n'arrivait pas à la hauteur de mes rêves passés.

J'ai eu une période de crise. Elle a duré environ quatre mois.
Pendant ces quatre mois, je suis devenue une autre personne. J'avais constamment l'impression d'avoir un nuage noir au dessus de ma tête, qui me suivait partout où j'allais. Je pleurais pour rien. Moi qui étais d'habitude si calme, j'étais capable de péter des câbles monstrueux, de hurler, de jeter la moitié de ma chambre contre le mur, pour des raisons insignifiantes. Je prenais tous les soirs une sacrée dose d'antidépresseur, qui m'était normalement prescrit pour mes migraines. Cela m'abrutissait tellement que je me sentais morte, et j'aimais ça. J'avais l'impression que personne ne m'aimait, que je n'étais qu'une pauvre merde. J'avais des douleurs au ventre en permanence. Parfois, alors que mon petit-ami me parlait, il suffisait qu'un mot ne me plaise pas, et je me recroquevillais dans ma coquille. Je ne bougeais plus, je ne parlais plus. Je n'existais plus. Il avait beau hurler, me traiter de gamine, me dire que j'étais vraiment une sale chieuse de boudeuse, je n'arrivais pas à prononcer un mot. J'étais une coquille vide.

J'ai réussi à remonter la pente. Mais tellement peu de temps... Lors de mon entrée en Terminale, j'ai appris que mon copain m'avait trahie avec la personne que je considérais comme ma meilleure amie. Je la connaissais depuis le collège.
Je considérais qu'il m'avait trompée. J'étais abattue. Tout le monde le savait depuis plusieurs mois, sauf moi. Mes angoisses passées sont revenues : je me sentais plus bas que terre, j'avais confirmation que personne ne m'aimait, que tout le monde s'en carrait complètement de moi. J'ai détesté mon amie de m'avoir fait ça, et je l'ai bien fait savoir. Moi qui n'avais jamais été méchante avec personne, je pensais qu'on me soutiendrait. A la place de cela, j'ai vu les regards changer. J'ai vu les gens me déshabiller du regard en se moquant de moi, en me jetant des éclairs haineux. J'étais au courant de toutes les insultes cruelles qu'ils m'adressaient dans mon dos. Si je n'allais déjà pas bien, cela a achevé de me tuer. Je n'avais plus envie de vivre.

Après cela, j’ai été dans une sorte de bulle. Une mauvaise bulle, pas le genre de bulle dans lequel on se coupe du monde pour voir du rose partout. Le genre de bulle dont chaque recoin nous paraît mortel, effrayant, et dont on ne peut pas s’échapper.

Je voyais une psychologue depuis trois ans déjà. Je n'avais jamais pleuré devant elle : que ça soit quand mon père avait fait une crise d'hystérie pour cause de dépression, ou quand mon premier amour était parti ; jamais. Et là, pour la première fois, avant même d'avoir prononcé un mot, j'ai pleuré. La seule chose que j'ai réussi à dire, c'est « je comprends pas pourquoi tout le monde me déteste et m'insulte, je suis juste une personne qui souffre ». Elle n'a rien su me dire. Et moi, j'ai pleuré.

J'ai envoyé des signaux d'alarme à mes parents, à mon copain. Personne ne comprenait que j'allais vraiment mal. Une jeune fille qui va vraiment mal, on se dit que c'est juste l'adolescence qui la travaille. Moi, ça faisait trois ans que je n'avais plus aucun plaisir à vivre. Que que je descendais un peu plus bas à chaque merde qui m'arrivait. Que j'étais seule dans mon malheur. Que personne ne m'aidait. Un jour, j'ai osé dire à mon copain « Je ne vais vraiment pas bien, je ne comprends pas, je suis tout le temps triste, j'ai l'impression que je vais mourir de douleur à chaque fois que je suis triste. J'ai besoin de me faire soigner. ». Persuadé que je n'étais qu'une gamine qui n'a rien compris à la vie et qui est incapable de retenir ses émotions, il m'a juste répondu : « il n'y a pas de médicaments contre la connerie ».

Depuis ce jour, je me suis démerdée seule. Au début, forcément, ça n'allait pas mieux.
J'avais peur d'aller au lycée. Je sentais les regards méchants, moqueurs. Je voulais creuser un trou sous terre, et vivre dedans pour toujours. Ou mourir dedans. Je n'avais plus rien de la joyeuse adolescente que j'étais quelques années auparavant.

Même lorsque l'histoire avec mon copain et mon ex-amie a commencé à passer au dessus de ma tête, j'allais toujours aussi mal. C'était comme une maladie qui s'était ancrée en moi, et qui refusait de s'en aller.

D'un instant à l'autre, je pouvais faire des crises. Ces crises tellement douloureuses sur le moment, ces crises dans lesquelles je ne me reconnais pas quand j’y repense, et dont je sais pourtant qu’elles peuvent survenir à tout moment, dans cinq minutes peut-être. Je me tordais sur moi-même, j’avais mal partout, j’avais l’impression qu’un monstre se déchaînait en moi. Ce monstre voulait sortir, s’échapper, se libérer, mais bien sûr, c’était impossible, parce que ce monstre, c’était moi. Je ne pouvais pas me quitter, me dédoubler. J’avais un monstre à l’intérieur, il faisait partie de moi, et je ne pouvais pas m’amputer de cette pièce de mon être. Ce n’était pas faute de le vouloir.

Je ne sais pas ce que c’était. On me parlait d’émotivité. De susceptibilité. De gaminerie. De jeunesse. Même de bêtise. Et moi, je ne savais pas, parce que je n'étais pas plus objective que mes proches. Personne autour de moi n’était objectif. Je n’ai personne qui un jour s'est résolu à dire que je n'étais pas juste grincheuse, garce ou idéaliste, mais juste mal. Mal. Mal de partout.

Cette douleur, en rapport avec ce qui m'est arrivée en Terminale, n'est jamais partie. La réaction cruelle et ignorante des moutons qui me servaient de camarade m'a fait perdre toute foi en les rapports humains. D'ailleurs, depuis cet instant, je n'ai plus jamais eu de « nouveaux amis ». Je pensais toujours que les gens qui m'adressaient la parole étaient capables du pire, si je les laissais m'atteindre.

Lorsque je suis entrée à la fac, je vous ai déjà raconté comme mon moral n'avait rien d'un champ de tulipes. Chaque jour où je me levais pour aller passer ma journée seule à écouter des cours qui ne m'intéressaient pour faire un métier qui ne me tentait guère, je perdais un peu plus d'énergie. Je le faisais pour rendre mes parents fiers, et au lieu de ça, ils me voyaient comme une gamine de mauvaise foi et sans motivation, car ils savaient que je ne le faisais pas pour moi. Lorsque je pensais à mon avenir, je ne voyais rien. Aucun métier, aucun ami, aucun bonheur. J'avais l'impression d'être dans une voie sans issue. Depuis le lycée, mon moral n'était jamais remonté, et j'avais au moins eu l'espoir qu'il ne descende jamais plus bas. Mauvaise pioche. Chaque matin, je passais au dessus de la Seine en train, et il m'arrivait d'avoir envie de sauter. Je ne voulais pas mourir, je voulais juste arrêter de ressentir. Je voulais arrêter d'avoir mal. Et cela me semblait être la seule solution à ma vie sans intérêt et sans but, jonchée de conneries, d'échecs et de phases dépressives.

Depuis que j'ai osé arrêter la fac, et que je me suis fixée un autre projet professionnel, je vais un peu mieux. Malheureusement, il arrive toujours que mes nerfs lâchent complètement pour des futilités, et que mes réactions soient disproportionnées aux yeux de certains. Il m'arrive encore de me sentir molle comme du chewing-gum, complètement dépourvue de motivation et d'envie de vivre.

Ce que je retiens de ces quatre années de douleur morale permanente, c'est le manque de soutien auquel je me suis cognée. Mon père a fait une crise d'hystérie : on lui a diagnostiqué une dépression. J'en ai fait pleins, je me suis repliée sur moi-même, j'ai pleuré maintes fois pour des choses que les gens voyaient comme peu importantes, j'ai dit régulièrement à quel point j'étais fatiguée, et déprimée. Tout le monde a juste dit que ça me passerait, que c'était l'adolescence.

Et là, je me demande. La dépression est-elle une maladie d'adulte ? N'y a-t-il que les gens qu'on voit comme des adultes, que l'on autorise à être malades ? Moi qui étais jeune, je n'avais donc pas le droit d'aller réellement mal ?

Lorsque quelqu'un va mal, aidez-le. Ne vous dites pas que c'est une mauviette qui prend la mouche pour un rien. Il est possible que cette personne aille réellement mal, et qu'elle ait déjà eu envie de mourir.

Aujourd'hui, je suis fière d'être toujours en vie, et de réussir à sourire, alors que j'ai souffert pendant plusieurs années en supportant l'incompréhension, l'indifférence et même la méchanceté de mes proches à mon égard.

Je dis COURAGE à tous ceux qui se sentent mals. Vous n'êtes pas seuls. Vous pouvez, avec vous-même, arriver à poursuivre votre vie. J'ai mis quatre ans à remonter un peu la pente, alors même si c'est long, ce n'est pas du domaine de l'impossible.

Posté par JeuneAnecdotique à 17:57 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Pourquoi j'ai fait une dépression ?

    Tout ce que tu dis, je l'ai déjà ressenti, le ressens encore... Mais ce que je veux dire (sans vouloir parler de tes proches, je ne me le permettrais pas) c'est que les gens en général ne veulent pas voir quand les autres vont mal. On préfèrera toujours quelqu'un de souriant à un "déprimé de la life". C'est peut-être faux, mais c'est mon avis.

    Mia

    Posté par Bullet-shadow, 02 septembre 2012 à 20:05 | | Répondre
  • Ah, la depression, malheureusement, j'en suis malade depuis plus de deux ans maintenant mais je suis sur la pente dans le bon sens. C'est vrai que c'est très long de remonter !!!!
    Contente que tu aies réussi à t'en sortir !

    Posté par mumfi, 02 septembre 2012 à 21:09 | | Répondre
  • Courage à toi !

    Posté par Corinne (C. Café, 03 septembre 2012 à 16:21 | | Répondre
  • Le plus important est de s'en rendre compte, de l'assumer et de faire les efforts pour s'en sortir. Peu importe le temps que ça prendra... Je suis passée par là. Parfois, j'ai des sensations de rechute mais j'ai acquis cette capacité à vite contourner les crises. Bravo et courage ;)

    Posté par Ingrid, 04 septembre 2012 à 09:26 | | Répondre
  • Je découvre ton post grâce à la Une. J'ai les larmes aux yeux de te lire, parce que déjà çà me rappelle mes propres souvenirs (je confirme que ce n'est pas l'adolescence mais bien de dépression dont on parle, quand çà arrive à de tels stades). Ton témoignage est beau parce qu'on sent que malgré ta fragilité liée à ce que tu ressens, on sent aussi cette force qui te permet de revenir à la surface. De mon côté, j'ai commencé à être anorexique, je trainais un mal-être depuis mon entrée en 6ème et quelque chose s'est modifié en moi à 17 ans. Comme si je relâchais tout. Personne ne voyait rien non plus, je suis tombée gravement malade et on a mis ma perte de poids sur le compte de cette maladie alors que c'était l'inverse. La dépression est venue ensuite. J'ai 34 ans, et autant je me sens guérie complètement de l'anorexie depuis 2 ans, autant la dépression et les troubles qui vont avec, je ne sais pas si un jour, j'arriverai à retrouver cette joie de vivre. Je vis parce qu'il le faut, davantage pour les autres que pour moi-même. Je m'accroche à cette vie qui me semble belle par moments, mais que je déteste la minute suivante et j'ai des réactions de violence envers moi-même dont on ne peut pas soupçonner quand on me voit. "Tu es si calme, si douce, si attentionnée, comment tu peux te transformer comme çà ??" Parce que je souffre encore et que j'évacue comme je peux... Je suis M. Hyde et Dr Jekill. Le blanc et le noir. Cà fait partie de moi, c'est une lutte contre moi à tous moments. J'ai fait une tentative de suicide il y a 2 ans et demi, parce que je ne supportais plus la souffrance physique et morale et je sais au fond de moi, quelque part, que je suis toujours sur ce fil. Il y a des moments où je vais à peu près bien, où ces idées disparaissent, où je remonte et d'un coup, l'envie de rien, le vide intérieur comme je l'appelle à un moment donné sur mon blog, tout me semble insurmontable et l'idée de voir du monde est une épreuve. J'ai souvent été hospitalisée, çà m'a sûrement permis de revenir un peu à la vie à chaque fois, comme des piqures de rappel, mais jamais assez pour me sentir guérie. Pas pour l'instant, en tout cas. Continue à te battre, à t'accrocher à tes projets, ce sont toujours eux qui m'ont maintenue dans un semblant de (sur)vie. Tu n'es pas seule. Tu ne l'es plus, en tout cas (c'est ce qui a de pire finalement dans cette maladie, l'isolement et l'incompréhension des autres, mais parfois on tombe sur des personnes, des amis, des petits amis qui arrivent à montrer d'autres facettes de la vie). On reste fragile, mais on est toujours en vie au moins.... Je t'embrasse bien fort

    Posté par TiteDelph, 04 septembre 2012 à 11:48 | | Répondre
  • Ton article m'a touchée car je vis en ce moment-même une période de ma vie assez difficile. Je passe par de bonnes journées où j'arrive à aller de l'avant, à penser positif et oublier ce qui me fait sombrer. Et d'autres moments où les journées s'écoulent plus difficilement: je me sens seule et incomprise. Le matin, je me réveille et j'ai tout de suite mal au ventre. Je me sens fatiguée, même si mes nuits sont assez longues. Et tout ça à cause d'une rupture très douloureuse qui au jour d'aujourd'hui laisse cette question-phare de ton blog en suspens: POURQUOI???

    Posté par Caro, 07 septembre 2012 à 19:54 | | Répondre
  • Salut à celle qui a envoyé ceci.
    Je voulais te dire que c'est le plus beaucoup texte que je n'ai jamais vu.
    Parce que je le comprends.
    Tous ce que tu as dit, je le ressent aussi, et je suis beaucoup plus jeune que toi et je ne me suis pas encore sortie.
    Les dépressifs sont des incompris. Comme les artistes. Sauf que les artistes n'ont besoin que du plume pour écrire.
    Encore bravo pour écrire ça, et je te souhaite le meilleur,

    M.

    Posté par M., 17 novembre 2013 à 00:33 | | Répondre
  • Est ce que quelqu un sait differencier les coups de blues d'ado a une depression?
    Car ca fait quelques moi que j ai l impression detre vide et de ne rien ressentir et le soir je pleure souvent mais je ne veut pas en parler , les gens autour de moi me voient comme une fille joyeuse et intelligente qui rigole tout le temps

    Posté par radik, 18 mars 2014 à 22:02 | | Répondre
  • Bonjour, ça devait être affreusement pénible à vivre, et t'as eu de la chance car maintenant tu t'en es sortie.
    Je suis avec un garçon depuis 6mois et tout sa passait bien entre nous, on avait pas de problème de couple et tout allait pour le mieux, jusqu'à ce qu'un jour...je ressenti qu'il était mon attentif et beaucoup plus distant qu'avant, quand j'ai cherché à comprendre il m'a avoué qu'il avait des problèmes de famille qu'il en avait marre de cette vie en la qualifiant de "pourrie", et il m'a aussi dit que personne ne pouvait l'aider, puis après ne m'a plus rappelé. Son meilleur ami lui m'a appelé quelques jours après pour me demander si je savais quelques choses à propos de son comportement, car avec ses amis aussi il est devenu agressif, chez lui aussi avec sa mère il disait "Je n'ai pas ma place dans cette vie..." et à son pote, il a dit qu'il avait des problèmes et que la seule solution pour lui c'était de mourir, il se dévalorisait à un point inimaginable... Ce sont les symptômes d'une dépression...:'(
    Le pire dans tout ça, c'est qu'il fait en sorte aujourd'hui qu'il va bien avec les gens, et avec ses parents aussi, moi il ne me parle pas, c'est moi qui lui envoie des messages, et il ne répond à part une fois il m'a écrit : "Je t'aime :( " . Je ne sais pas quoi faire, il refuse toute aide et ne veux même pas montrer aux gens qu'il va mal, j'ai peur pour lui, j'ai peur pour notre couple et j'ai envie de l'aider... Dis-moi, toi qui est déjà passé par là, tu aurais aimé qu'on te fasse quoi pour que tu te sentes mieux? tu aurais voulu quoi? Dans un cas pareil, comment aurait été ta réaction si ton ami te conseille d'aller voir un psy?

    Posté par jassy, 16 mai 2014 à 16:32 | | Répondre
  • Ton texte est très touchant, moi je suis en plein dedans et ne sais comment m'en sortir...

    Posté par jona76, 17 janvier 2015 à 22:35 | | Répondre
  • J'ai eu pareil en pire j'ai l'impression, ce qui me sauve un peu de jour en jour sait la volonté de devenir un sage en me renseigner sur le christianisme et le boudhisme.écouter des mantras peut détendre l'esprit.voila bye

    Posté par Anthony, 17 mars 2015 à 18:38 | | Répondre
Nouveau commentaire