29 septembre 2012

Pourquoi je suis une blogueuse de loin ?

Au début de mon blog, j'avais 1001 idées et j'écrivais un article par jour. Et puis, soudainement, la blogosphère a sans doute eu envie que je m'en désintéresse, que j'y perde un peu en plaisir. Maintenant, j'écris moins. Je meurs d'envie, à chaque phrase, de peser mes mots ; je ne le fais pas, parce que mon blog se veut « honnête » depuis ses débuts. Mais pour pouvoir garder un minimum de sincérité, je me sens maintenant complètement observée et flippée avant de cliquer sur « publier ».

J'aime mon blog. C'est mon bébé. Mais maintenant, il passe toujours après. Après mon travail, après mes cours, après ma famille, après mon copain. Ce n'est pas plus mal, parce qu'un blog n'est pas un ami et ne mérite sûrement pas qu'on lui offre tout notre temps. Il n'empêche que je n'aurais profité qu'un petit mois de la passion des débuts.

Pourquoi je suis une bloggeuse de loin, maintenant ?

En plus d'avoir reçu des réactions totalement décevantes (non, ce n'est pas le mot, je dirais plutôt : blessantes) sur un article au sujet que je considérais comme léger (oui, pour moi, vouloir partir de chez ses parents n'est pas un crime et je ne vais pas me tailler les veines si j'y reste cinq ans de plus), j'ai pris conscience après que ce « débat » n'était qu'un débat parmi d'autres. J'ai été dans une sorte de flottement pendant quelques jours, j'ai déserté la scène du crime (Hellocoton) pendant quelques temps, puis j'y suis revenue, et j'ai oublié.

Et c'est à ce moment là que je me suis rendue compte que je n'étais qu'un pauvre grain de riz parmi d'autres. Moi, je m'étais sentie blessée, alors que les commentatrices avaient déjà oublié cinq minutes après mon existence. C'est hyper simple, en fait ! J'ai été aussi très en colère de constater que pour des articles honnêtes, d'autres se faisaient lyncher, rabaisser, et limite harceler de commentaires moralisateurs. Je me suis demandée si les gens qui postent des commentaires agressifs pour faire comprendre à quelqu'un à quel point ses idées sont connes se pensaient mieux que leur cible, avec leur comportement plus que limite.

Je pense que lorsqu'on est pas d'accord avec un article, on peut réagir de plusieurs manières :

- On ne dit rien. C'est ce que je fais. A moins de lire des trucs vraiment graves à base de « tuez-moi tous ces arabes, franchement on est en France ou bien ?? », je préfère rester muette. Je n'aurais aucun intérêt à aller critiquer un article qui ne rentre pas dans mes convictions. On pourrait bien sûr discuter, mais souvent, je préfère laisser la personne tranquille.
- On écrit tranquillement pourquoi l'article ne nous a pas plu. C'est simple, rapide, limite agréable.
- On s'attaque à la personne, et si on est d'humeur, on peut même faire de petites attaques personnelles qui humilieront la personne visée, mais aussi « l'attaqueur », parce que s'abaisser à ça en public, j'aurais juste un tout petit peu honte quand même.


Après ma propre histoire, j'ai assisté à trois polémiques. Chaque fois, des commentatrices se montraient complètement incapables de rester respectueuses envers la blogueuse. Je trouve qu'il est courageux d'exposer ses opinions sur son blog et d'ouvrir ses idées aux autres, même si ce sont des idées telles que « pourquoi je trouve ça intolérable de fumer pendant une grossesse » « pourquoi j'ai laissé pleurer mon bébé » « pourquoi je n'aime pas le nail art » ou même « pourquoi j'aimerais partir de chez mes parents ». Alors, quitte à ne pas être d'accord : respectons l'auteur. Merde. Si nous ne le faisons pas pour l'auteur, faisons-le au moins pour nous, pour ne pas montrer à tout le monde à quel point nous manquons de tact. Les rares fois dans ma vie où je me suis montrée méchante (pour diverses raisons personnelles), je peux vous dire que je me suis tapée la honte de ma vie une fois ma colère passée. Vous pariez que ceux qui crachent à la gueule d'une blogueuse n'en ressentent aucune honte ?


J'ai observé un étrange phénomène en assistant à ces polémiques (j'arrivais souvent après la bataille, donc je lisais tout d'une traite) : ce sont toujours les mêmes qui reviennent. Je sais, c'est con, mais sur trois polémiques, il y en a deux où les commentaires moralisateurs venaient des mêmes personnes, et l'autre en avait une en commun avec moi. Je me suis sentie assez bizarre, en fait. Je me suis demandée pourquoi on ne préférait pas plutôt aller commenter les articles sympas, plutôt que d'aller dénigrer régulièrement ceux qui ne nous plaisent pas. Lorsqu'on y met aucun tact et qu'on cherche juste donc la merde, l'intérêt m'est complètement inconnu.

Dernier point. Un point qui me fait un peu hérisser les poils pubiens : relayer un article qui ne nous a pas plu. What is the fuque ?

« Non mais franchement, allez voir cet article, pfff » (là, c'est la version la plus polie que j'ai pu voir, après il y a aussi celles qui présentent clairement le travail d'une autre comme un immonde caca)

Non mais non, quoi. Je ne comprends pas. Je ne comprends pas. On s'en fout que tu sois pas d'accord, que tes convictions soient différentes de celles de cette personne et de son entourage, ce n'est pas sympa de faire ça. Je dois avoir l'air d'une gosse de cinq ans qui dit « ça se fait pas, tu m'as volé ma poupée ! », mais franchement c'est tout ce qui me vient à l'esprit. J'ai beau avoir lu des tas d'articles qui me dérangeaient, en plus de ne pas aller clamer à l'auteur que son article était inutile, jamais je n'aurais eu l'idée de le poster sur facebook ou twitter et de quémander les critiques sur cet article. Moi, ça me dérange. J'ai vu parfois des articles qui ne me plaisaient pas être partagés un peu partout pour montrer à quel point l'auteur c'est une biatch, et j'avais beau ne pas être d'accord avec ses idées, je ne pouvais m'empêcher d'être de son côté. Parce qu'elle ne le méritait sûrement pas, aussi différentes ses idées pouvaient être des miennes. Lorsque j'ai vu qu'on avait relayé mon article sur twitter, et que les réflexions allaient du « je lui foutrais bien des baffes » au « omg, j'y crois pas », en passant par le « ses parents auraient le cœur crevé s'ils lisaient son article », voilà ma tête :

bree



L'argument principal et percutant de mes « adversaires » étaient mon affolante immaturité : je ne nie pas qu'à 19 ans, on ne sait encore rien de la vie, mais je me suis quand même demandée quelle était leur notion d'immaturité s'il leur semblait totalement naturel de dire que je méritais des baffes et de me tacler sur un réseau social, alors qu'il est tout de même plus honnête (à défaut d'être respectable) d'aller biatcher sous l'article en question plutôt que dix kilomètres plus loin, dans notre coin avec nos copines de papotages.

Non, j'avoue, sur le coup j'ai été aussi gamine qu'on le pensait. Certains avis négatifs ne m'ont pas plus heurtée que ça, parce qu'ils ne m'attaquaient pas personnellement. Mais les autres, je les aurais bien mangé avec du ketchup pour les faire disparaître de ma page Hellocoton.

Ce jour-là, j'aurais aimé ne pas être en Une. J'aurais aimé ne pas lire sur le twitter d'Hellocoton des messages tels que « C'est quoi cette crise d'ado en Une ? ». J'aurais aimé ne pas perdre foi en ce monde bisounours qu'est la blogosphère, avec ses petits cœurs et sa notion de partage et d'amour (là, j'abuse).

Je me suis également rendue compte, à les lire, qu'elles n'avaient pas dû lire mes autres articles pour me juger aussi sévèrement, alors que je n'étais pas la personne décrite.

Elles n'avaient pas dû lire l'article où je disais vouloir que mes parents soient fiers de moi. Elles n'avaient pas dû lire que pour faire leur fierté, je m'étais totalement laissée de côté, au point d'aggraver ma grosse grosse déprime qui durait déjà depuis trois longues années. Elles n'avaient pas dû lire cet article où je parlais brièvement des crises d'hystérie de mon père, et de sa dépression, pour oser me dire « non mais y a des familles avec des pères dépressifs ou alcoolos, je ne vois pas de quoi tu te plains » (oui...). Elles ne devaient sans doute pas savoir que mon père avait déjà voulu quitter la maison car il ne supportait pas de me voir triste sans arrêt. Elles ne devaient pas savoir que mes parents avaient failli se séparer, et que lorsque ma mère claquait la porte pour aller se changer les idées, c'est sur moi que mon père s'énervait. Elles ne devaient pas savoir que j'ai déjà écourté mes vacances pour aller chercher mes parents à l'aéroport, que je donne régulièrement des billets à ma mère pour qu'elle puisse aller faire des courses parce que sa banque lui bloque sa carte 9 mois sur 12, et que ma mère est ce qui rapproche le plus d'une confidente pour moi. Non, elles ne devaient pas le savoir, parce qu'elles se sont basées uniquement sur un putain d'article dans lequel je parle de paquet de chips, de cuisine ouverte, de mur de chambre, de télévision, et de bouteilles de parfum. Elles ne savaient pas, et je vous parie même qu'elles n'en ont rien à branler, et pourtant elles ont jugé. Elles ont pensé que c'était largement suffisant pour me taxer de fille indigne, irrespectueuse, ingrate, et immature qui n'a pas conscience de sa chance (alors que j'avais quand même préciser les aimer énormément et leur être reconnaissante - mais on trie pour ne retirer que le mauvais, ça va plus vite).
Je devrais sans doute faire des articles de dix pages, histoire que personne ne les lise, mais qu'au moins ils soient bien complets, de ma naissance jusqu'à y a cinq minutes lorsque j'étais aux chiottes.

Je dois paraître agressive. Mon but était pourtant d'être douce. Ce qui m'a décidée à écrire, ce n'est pas ce qu'on m'a fait à moi. Après tout, je m'étais remise en un jour. Ce qui m'a gênée, c'est qu'en plus d'avoir eu à le subir, j'y ai beaucoup assisté par la suite, et ça me les hache menues.
Complètement.
Stop.
MERDE.

N'attaquons pas personnellement quelqu'un dont on ne connaît que le blog (le blog quoi, aussi honnête qu'on soit sur un blog, ça reste un blog, on a un comportement qui n'est pas similaire sur internet, dans notre façon d'écrire, et en communauté!). Ne nous prenons pas pour des justicières : si ça nous tient vraiment à cœur, go aller faire des études de droit et devenir avocat histoire de défendre les pires injustices de ce monde. Ne parlons pas comme si nous connaissions la vie de cette personne plus qu'elle ne la connaît elle-même : ça fait sûrement mature de dire que mes parents en auraient le cœur crevé, mais il s'avère que non, vu qu'ils sont au courant depuis longtemps de mon projet, de mes réticences, de ce que je reproche à la vie en cohabitation et surtout de qui je suis. Et ils m'acceptent, pour couronner le tout. Merde, nous sommes presque une famille aimante, même si on se tape dessus dès qu'un paquet de gâteau disparaît et qu'on essaie parfois mutuellement de se jarter de l'appartement pour pouvoir rabouler les friends.

Je fais une redite, avec cet article, parce qu'on pourrait finalement venir me reprocher la même chose que la dernière fois. Mais maintenant, je vous le rappelle : je suis une blogueuse de loin. J'aime bloguer, j'apprécie énormément certaines blogueuses, mais en essayant de relativiser l'importance du mauvais rencontré sur Hellocoton, j'ai malheureusement été contrainte de relativiser le bon aussi. Et le résultat, c'est que mon blog, vous pourrez le tweeter autant que vous voulez pour dire à quel point mes articles ne servent à rien et que je fais bien de vouloir les supprimer (oui, une blogueuse est capable de dire ça à une autre, on lui dira la même chose sur son travail pour voir...), eh bien, je serai triste de loin. Et par conséquent, peu triste.

Alors c'est open bar. Insultez-moi.
Moi, je pars câliner mon chien. Il a eu la malchance de naître sans la capacité de parler et avec un physique de peluche : une petite minute de silence pour ce pauvre choupinou qui va subir dans de très proches minutes mes violentes effusions d'amour.

Je lance dès à présent le « PEACE MOUVEMENT » sur les blogs. Aimons-nous. Oublions tout. Arrêtons d'être pestes.

(on parie combien qu'un SI BEAUbien sûr – message d'amour ne sera relayé par personne, par contre? Huhu)

(je suis mauvaise, mais je suis crevée)
(et être crevée, ça excuse tout)
(alors, chut)
(être une fille, aussi, ça excuse tout)
(et être derrière un écran d'ordi, aussi ;) (et puis je tiens quand même à dire merci à toutes les blogueuses respectueuses et choupinettes, même celles qui n'aiment pas certains de mes articles, parce qu'elles sont juste tip top)

Posté par JeuneAnecdotique à 17:18 - - Commentaires [21] - Permalien [#]


Commentaires sur Pourquoi je suis une blogueuse de loin ?

    T'inquiète pas, ce sera relayé.

    Et ton article, je sais que ça te plait pas, mais la Une, il la mérite. Et fais-toi lyncher autant que tu veux, tu sais bien que ces filles n'en valent pas la peine. Une fille ayant oublié ce qu'est l'adolescence, ce qu'est la privation et l'envie de liberté, qui préfère insulter une fille dans un mauvais "mood" plutôt que de la rassurer en disant que ça va passer, c'est une fille pitoyable. J'ai été dégoûtée en voyant les commentaires que tu as reçu, je ne le répèterai jamais assez. Si la Team Hellocoton t'avait mis en Une ce jour-là, je ne pense pas que ce soit pour te jeter en curée. Je pense que c'est parce que la Team se souvient de son adolescence, et qu'elle se souvient des petites frustrations du quotidien.

    Quand on est quelqu'un de bien, on ne ressent pas le besoin de rabaisser les autres pour se sentir meilleur. Dis-toi bien ça. Tes articles sont fantastiques. Ils sont tous fantastiques, quels qu'ils soient, et me marquent tellement l'esprit que je remarque à peine qu'ils se sont espacés. J'aime tes articles, et je ne peux accepter que quelqu'un t'insulte parce que tu lui as fait l'affront d'être honnête.

    Je te souhaite de retrouver cet entrain que tu avais avant. Il reviendra. La motivation est une vague perpétuelle, elle n'est jamais continue. C'est une maîtresse qui revient te faire l'amour quand ça lui chante, il suffit de l'attendre patiemment.

    Il faut que ce commentaire ait une fin, je m'effraie moi-même.
    Bref, ce sera relayé.

    Posté par Decay, 29 septembre 2012 à 18:12 | | Répondre
  • "« pourquoi je trouve ça intolérable de fumer pendant une grossesse » « pourquoi j'ai laissé pleurer mon bébé » « pourquoi je n'aime pas le nail art » ou même « pourquoi j'aimerais partir de chez mes parents »" je ne comprend même pas pourquoi ces sujets sont à polémique ! Mes parents, quand j'étais petite, parfois ils me laissaient pleurer et je me rendormais toute seule et voilà, c'est tout... et puis aimer ou pas le nail art c'est comme aimer ou pas le rouge ou le bleu ou même le vert et le jaune, c'est totalement subjectif... quand aux deux autres sujets je ne reviendrai même pas dessus...

    Je savais même pas que des gens étaient allés sur Twitter... c'est vraiment n'importe quoi ! Et c'est toi l'immature ? Laisses-moi rire !! Alors quoi ? Parce que t'as 19 ans, doit à peu près la moitié de leur âge, elles doivent forcément donner la morale ?! Ca va, on est pas leur putain de gosse de trois ans qui fait des bêtises à longueur de temps !

    "Je dois paraître agressive." Non. C'est court comme commentaire mais c'est tout ce qu'y me vient "non".

    Le "peace mouvement"... sympa comme idée :) Mais je doute que beaucoup de personnes relaient, c'est trop bien de râler, tu penses...

    Posté par Morgane, 29 septembre 2012 à 18:20 | | Répondre
  • j'adore et je vais relayé sur facebook et sur HC, ben ouais merde! j'ai eu des propos tres agressif suite à mon post sur "laisser bébé pleurer", on ma dit "t'avais qu'à acheter des plantes vertes", "tes enfants seraient mieux en famille d'acceuil", et j'en passe, mon post avait été relayé sur FB, avec plus de 90commentaires de pseudo psy qui expliquait que j'étais une mauvaise maman, que mon mari se serait recu des baffes pour m'avoir laissé faire cela! bravo à ces mesdames qui m'ont fait mal en prenant en effet ce qui les interressait dans mon post :laisser mon fils pleuré un apres midi. Outch, par contre elles avaient pas pris en compte qu'a cette epoque je faisais une depression et que sans cela peut etre que j'aurais commis le pire, et qu'apres ces pleurs je me suis sentie mieux car il s'était enfin calmé. Ben oui, comme tu dis elles ne prennent que le meilleur. Bravo pour ce post, avec tes 19ans tu en as beaucoup plus que ces chasseusses de sorcières. bisous, et encore merci d'avoir si bien exprimé tout cela!

    Posté par lili, 29 septembre 2012 à 18:41 | | Répondre
  • Réponses

    Decay : Glagla, voilà juste un magnifique commentaire qui fait ultra plaisir ! Merci beaucoup !

    Morgane : Bah, que veux-tu, ça ne nous semble pas terribles comme sujet parce qu'on ne voit pas les articles des autres comme des trucs à éplucher pour en ressortir des insultes... ça devrait être comme ça pour tout le monde. Merci de ton commentaire! <3

    Lili : Oui, je sais, j'ai même cité ton sujet dans mon article, tu m'en avais parler. Comme quoi, que ça soit l'enfant ou la mère qui ose montrer des sentiments un peu humains, on viendra toujours le bassiner avec des commentaires moralisateurs et blessants. C'est ridicule...

    Posté par Ellie, 29 septembre 2012 à 19:06 | | Répondre
  • Il était très doux ton article au contraire, enfin moi il m'a beaucoup plus. Il est très vrai, je suis moi même une blogueuse de loin je crois, j'arrive après la bataille, et oui on vois souvent les même personnes, faire les mêmes critiques ridicule...Mais ne t'en fait pas si des moralisatrices passe par ici, elles devraient comprendre que passer leurs chemin est la meilleure chose à faire, car tout ce que tu as dit était juste, doux et vrai <3

    Posté par pti'bâton, 29 septembre 2012 à 19:27 | | Répondre
  • coucou toi!!!
    MERCI!
    pour cet article....
    j'ai et emoi meme au coeur d 'une polemique et l'effet boule de ,eige qu'il implique est enorme... et devastateur....mais je ne reviendrai pas dessus.
    Merci donc pour tout ces mots.
    Par contre.....juste une idee.....
    ET si on creait un logo "peace movement" et qu'on le mettai sur nos blogs? pour celles que ca interesse? en expliquant le pourquoi du comment?
    Ca serait pas bien?
    Bises!
    Pomme

    Posté par pomme, 29 septembre 2012 à 19:30 | | Répondre
  • Pour le coup l'idée du logo me plait bien , faudrait trouver une blogueuse BD qui serait prête à fabriquer ça :D

    Posté par pti'bâton, 29 septembre 2012 à 19:37 | | Répondre
  • Je me souviens de cette une. Bon j'avoue ne pas avoir lu ton article car...ça ne me parlait pas (je suis partie de chez mes parents y a longtemps ça s'explique), mais je n'aurais jamais pensé que cela aurait été un sujet prêtant à polémique. On grandit tous pour se barrer de chez nous un jour quand même, au bout d'un moment, les parents ça va bien, mais c'est pénible et ça tape sur les nerfs. Certains parents plus que d'autres, donc comment juger une histoire familiale qu'on ne connaît pas ? Moi je trouve ça sain de partir (me suis barrée à 19 ans donc bon). Je comprends que ça t'ait blessée et je suis désolée que cette mauvaise expérience ait gâchée ton intérêt pour la blogo (même si je comprends). Bref, laisse parler les aigries et fais ta vie comme tu l'entends !

    Posté par DarkGally, 29 septembre 2012 à 20:01 | | Répondre
  • Ben tiens pour la peine je découvre ton blog via LadyPirate, et je m'y abonne :) Plus sérieusement, c'est vrai que cette "ambiance" me saoule sérieusement... comme toi quand je ne suis pas d'accord je me contente de la fermer ;)

    Posté par Loupy, 29 septembre 2012 à 20:10 | | Répondre
  • Oui, c'est une bonne idée le logo ! :D (non, je ne suis pas longue à la détente xD)

    Posté par Morgane, 29 septembre 2012 à 20:34 | | Répondre
  • Mdr morgane, non, non tu n'es pas longue du tout ;-D

    Posté par pti'bâton, 29 septembre 2012 à 20:49 | | Répondre
  • Ca y est j'arrive après la bataille... mais je comprends...
    Hellocoton n'a pas que du bon...
    ps :
    si ça ne me plaît pas je passe mon chemin... mais "relayer" sur Facemachin pour casser une blogueuse voilà qui ne me serait jamais venu à l'idée...

    Posté par Minha casa, 29 septembre 2012 à 22:43 | | Répondre
  • AMEN ! Tout est dit.
    Je visite quotidiennement ton blog que je lis avec beaucoup mais alors BEAUCOUP de plaisir. Et c'est justement cette sincérité un peu brute qui émane de tes écrits qui rend ce blog si incroyable et unique. Tu OSES dire. Tu racontes ta vie,tes pensées sans jamais te censurer ce que 99,9% de la population ne serait pas capable de faire (moi la première). Alors s'il-te-plait ne devient pas une blogueuse "de loin" par peur d'être mal jugée, reste telle que tu es.

    Posté par Violette, 29 septembre 2012 à 23:00 | | Répondre
  • merci d'avoir dis tout haut ce que beaucoup pensent tout bas! je suis nouvelle sut HC et j'ai assisté à une ou deux empoignades qui m'ont fait froid dans le dos et comme toi j'hésite parfois avant d'appuyer sur publier de peur d'une critique trop virulente (je ne suis pas équipée contre). Comme je crois à l'effet papillon je relaye ton article (enfin si j'y arrive) on fait comment?

    Posté par swag mama, 29 septembre 2012 à 23:35 | | Répondre
  • J'adhère à 200 % à tout ce que tu dis. Ces derniers temps, on se fait vite incendier, tout est prétexte à se faire du mal et à recevoir des commentaires vexants qui n'ont pas lieu d'être. Je ne sais pas, çà doit plaire à certaines de foutre la merde et d'avoir ce côté négatif qui dénigrent les personnes qui ont des choses à dire d'intéressant, ELLES....
    J'ai des tas de choses à dire, mais je me retiens, par peur d'être traitée de tous les noms, parce que ce sont des sujets tabous. En sachant que mon blog est justement essayer de combattre les préjugés sur certains actes et de faire comprendre qu'on ne fonctionne pas tous mentalement, je suis mal barrée. J'ai intérêt à prendre des gants, à mettre un peu d'ironie bien placée pour faire digérer le truc.... Mais c'est triste d'avoir peur de cliquer sur "Publier"... Cà atteint notre liberté d'expression à un point que je ne supporte guère...
    Je te fais de gros bisous et continue d'être celle que tu es surtout

    Posté par TiteDelph, 30 septembre 2012 à 01:29 | | Répondre
  • Tellement d'accord avec toi! Ça fait des semaines que je me fais la réflexion que ce n'est pas parce qu'on est cachés derrière nos écrans qu'on doit se cracher dessus comme ça. J'ai fait l'expérience d'une nana que ce que j'écrivais énervait mais... dans quel monde vit-on si on n'est même pas capable de fermer une page internet quand ça nous irrite? Je découvre ton blog mais j'ai suivi quelques unes des polémiques dont tu parles et j'ai été outrée par la bêtise qui en découlait alors je fais suivre ton article parce que ça doit être dit.

    Posté par La fille d'àcôté, 30 septembre 2012 à 01:42 | | Répondre
  • Héhé tu as bien parlé ma belle !!
    Moi j'aime beaucoup ton blog, je lis chacun de tes articles et je met même souvent un commentaire (sur HC ou ton blog, comme maintenant -oui oui- . Ya vraiment des connasses poufiasses et ça partout, il va falloir s'y faire et passer outre. En tout cas c'est tout le mal que je te souhaite ! Regarde, tu as ton chien a qui tu peux faire des éfusions d'amour comme tu dis, (pauvre chien :P, je devrais appeler la SPA pour l'adopter tien :P) oui j'aimerai avoir un chien *-* enfin bref, t'es un peu ma coupine hellocotodienne de la blogosphère car je te suis et t'apprécie. Donc FUCK aux langues de vip' et PEACE MOUVEMENT des bisous ♥♥

    Posté par Mojita Makeupist, 30 septembre 2012 à 11:23 | | Répondre
  • Salut. Félicitations pour ton article. Tu fais preuve d'une très grande maturité. Comme quoi l'âge ne veut rien dire ! J'en connais à 60 ans qui font des caprices de gamins ! On s'en fout de l'âge ! Ce n'est vraiment pas ça qui fait la sagesse d'une personne. Ensuite,les gens sont ce qu'ils sont. Ils peuvent parfois être bêtes et méchants. Ils peuvent juger, dire les pires choses; mais toi justement tu es au dessus de tout ça. En plus s'ils réagissent aussi violemment c'est que ton article a fait remonter quelque chose en eux de pas très joli... Toi au moins, tu dis ce que tu ressens et tu assumes. Bravo pour ton courage ! (Je tweete ton article !)

    Posté par Mzelle Coco, 30 septembre 2012 à 14:12 | | Répondre
  • Oh la la...

    Oh la la... Je viens de découvrir ton article via le relais de Marion du blog the girl next door.
    Je me permets de te mettre le lien d'un article très intéressant : http://hipstagazine.com/SANS-COMMENTAIRE-Les-haters

    Je ne sais pas si tu es au courant, enfin, je pense que oui, puisque tu as mentionné le nail art, je suis la victime d'un déferlement d'insultes, injures, diffamations en tout genres et même des menaces de mort (une fille m'a proposé 3 fois de m'envoyer de l'anthrax) depuis une semaine.
    Je ne vais pas m'étaler sur ce lynchage et vu que je suis stalkée de partout et qu'on relaie mes moindres faits et gestes et ma vie privée sur TOUS les réseaux sociaux, si tu veux, on pourra en parler en privé.
    Ces filles qui critiquent, ce ne sont que de pauvres filles qui s'excitent toutes seules devant leur ordi et ont un sentiment de jouissance à balancer des horreurs. Et puis, il y a l'effet de meute. Les histoires viennent souvent de la même personne, la grande justicière d'HC et je me demande bien à quoi ça lui sert si ce n'est avoir une image de "grande gueule" et donc attirer les moutons, avoir de l'audience (tout est relatif, bien-sûr), des stats et des contacts avec des partenariats. Je ne pense pas que des gens puissent être foncièrement méchants (qq exceptions célèbres dans l'Histoire, au XXe siècle notamment) mais je pense tout simplement que ces filles sont bêtes. Oui, bêtes.
    Un blog est quelque chose de personnel, on s'expose, ok; mais pourquoi aller voir ce blog si on ne l'aime pas? pourquoi laisser des commentaires méchants et agressifs? à quoi ça sert? Pourquoi relayer si ce n'est pour se faire mousser et se sentir "important"? Pourquoi stalker les gens qui n'ont rien demandé?
    Nos blogs sont nos hobbies, nos bulles d'air. On écrit ce qu'on veut et on est responsables de ce qu'on écrit. Si on écrivait des propos à caractère raciste ou délirants, à la rigueur je comprendrais qu'on ait des critiques et des commentaires qui nous remettent à notre place. Mais non, ici, on parle de nous, de futilités, parfois on a envie d'écrire des choses plus personnelles mais là, on sait qu'on va être épiées et qu'il y aura toujours une tarée pour s'en souvenir et le balancer des mois et des mois plus tard. Tout comme toi, je pèse mes mots dans mes articles, je dois me faire violence.
    Mon blog est en vacances le temps que les décérébrées se calment et m'oublient. Mais cette semaine c'est moi la victime du lynchage, la semaine prochaine ce sera quelqu'un d'autre... Malheureusement, je connais plusieurs blogueuses qui ont été dégoûtées de ce qui se passait sur HC et ont fermé leur blog. Je connais même une personne qui était en fauteuil suite à un accident de la circulation qui avait un blog où elle faisait de très jolis maquillages. Son blog lui permettait de s'évader, d'oublier cet affreux accident, de mieux supporter la douleur et la maladie. Et c'est toujours la même qui s'est excitée sous des commentaires anonymes ou sous son pseudo, mais vus le vocabulaire qu'elle utilise et le ton qu'elle utilise, on la reconnait à 10 000km. Elle doit être contente, une fille a arrêter de bloguer à cause de ces agissements. C'est minable. Je connais même une personne qui a tenté de mettre fin à ses jours tellement le harcèlement lui était devenu insupportable.
    Et dire qu'HC laisse passer tout ça. Leur rôle de modérateur et la bonne humeur dont ils se vantent, j'aimerais bien savoir où il sont.
    Mon blog est actuellement en vacances. Pas fermé, sûrement pas. Juste en vacances. De toute manière, j'ai les copies de tout ce déferlement d'insultes et menaces donc maintenant que j'ai porté plainte, je me dis qu'elles peuvent continuer, que ça ne fait qu'empirer leur cas. Ces filles ne se rendent pas compte qu'on ne peut pas tout écrire sur la toile, et que leurs agissements sont délits, des nouveaux délits, qui sont très pris au sérieux par les autorités compétentes.

    Je suis désolée de t'avoir écrit un pavé. Tu as 19 ans et je comprends totalement ce que tu as vécu; tu vois, j'en ai 35 et cela m'atteint quand même un peu. Et les harceleuses, les haters - tu verras ds l'article dont je t'ai mis des liens, il y a des catégories - ces filles que je mettrais dans la catégorie 3 de l'article, y'en a qui sont toutes jeunes et qui prétendent t'apprendre la vie et t'en as d'autres qui ont mon âge ou plus, qui sont mères de famille mais qui doivent bien s'ennuyer et avoir une vie sociale proche du néant pour s'exciter autant.

    Je te souhaite une très belle journée. Et je suis vraiment ravie de découvrir ton blog.
    ps : Pour ne pas de nouveau m'attirer les foudres, je ne préfère pas relayer ton article ni mettre un j'aime sur ta page mais je n'en pense pas moins.

    Posté par Mlle Hoëdic, 30 septembre 2012 à 15:01 | | Répondre
  • Tiens ? j'ai fait un billet similaire le 26 :
    http://lemondededidi.canalblog.com/archives/2012/09/26/25190376.html
    Ça devient vraiment du grand n'importe quoi sur les blogs en ce moment ! Dés que tu dis autre chose que ce que pense les autres tu te fais lyncher.
    Le mieux est de laisser glisser. Quand le "trollage" restera sans effet, elles s'arrêteront.

    Posté par Pinpin des bois, 30 septembre 2012 à 18:45 | | Répondre
  • Je partage ton avis à 100 % (même si j'arrive après la bataille!).

    j'ai la chance de n'avoir (encore) jamais été au centre d'une polémique. Mais, j'avoue que certains billets me paraissent "anodins" et suscitent une violence qui ma paraît inouïe... A base de "manque de tolérance" (ce qui est un comble venant de quelqu'un qui refuse tout compromis et tout avis différent du sien, tu remarqueras) et à base de "je-sais-mieux-que-toi-qui-es-une-grosse-conne".

    Bref, tout comme toi, je passe mon chemin si le sujet me déplaît ou j'explique en quoi il me déplaît (surtout dans l'hypothèse rare où je me sens insultée). Mais, je reste polie, et surtout, je ne juge pas à travers trois lignes d'un blog que je ne connais pas...

    Posté par Ronde au féminin, 01 octobre 2012 à 11:11 | | Répondre
Nouveau commentaire