28 novembre 2012

Pourquoi vivre avec un ronfleur, c'est pas trop le bonheur au pays des arcs-en-ciel ?

Quand je suis bonne à rien avant 10h du matin
When I can’t do any good thing before 10 in the morning

Quand j'ai pas dormi de la nuit

 

S'il y a bien une souffrance quotidienne qui est très gravement sous-estimée en ce monde, c'est bien celle de vivre avec un ronfleur. Certes, finalement, dit comme ça, c'est clair qu'on a envie de dire : « oui, et alors, il faut beau aujourd'hui, ça rattrape le coup non ? ». C'est sûr que des choses plus graves et désagréables existent, et loin de moi l'idée de le nier. Mais, je le dis : vivre avec un ronfleur peut devenir une véritable source de souffrance, qu'elle soit physique ou morale. C'est un fait, et non une invention que j'ai cueillie dans un coin reculé de mon cerveau.

Lorsque, l'année dernière, on me demandait pourquoi je n'allais pas bien, pourquoi j'étais hargneuse, pourquoi je me vautrais dans des « je suis fatiguéeeee mais heuuu » alors que j'étais censée être jeune et fraîche, il m'arrivait d'être sincère et de répondre que c'est parce que mon père ronflait et que je ne dormais pas la nuit. Souvent, on se moquait de moi, on me regardait avec un peu de pitié, comme si je me plaignais de rouler en Porche, et on me disait des trucs bateaux comme « bah, les boules-kiès, ça existe ».

Alors, premièrement. Les ronflements, c'est une souffrance qui me vient de loin. Déjà quand j'étais petite, je craignais l'arrivée des vacances. Pourquoi ? Parce que vacances rimait avec « je pars avec maman en Normandie », et ceci-même rimait avec « je vais devoir dormir dans la même pièce que ma maman », qui rimait également avec « Adieu, nuit de sommeil, je t'aimais bien ».

Que ce soit ma mère ou mon père, ce sont tous deux de gros ronfleurs, mais j'ai de la chance dans mon malheur, parce que mes parents ne supportant pas les ronflements l'un de l'autre, ma mère dort dans le canapé en bas. Oui, eux ont le droit de ne pas supporter, par contre, moi, si j'en parle, je suis juste un peu chipoteuse. Le syndrome du « tant que ça arrive aux autres, ce n'est pas si grave ».

Bref, les nuits blanches, quand j'étais petite, je connaissais déjà. J'avais hâte que les vacances se terminent et que je puisse retourner à l'école, limite. C'est dire. J'ai vite appris lors de mes vacances à bouger mon petit boule pour changer de lit, pour aller me démolir le dos dans le canapé de mes grands-parents et être réveillée le matin à 6 heures par des bruits de casseroles qui tintent et « Radio Normandie » à fond les manettes. Mais c'était toujours mieux que les ronflements.

Parce que les ronflements et moi, c'est une histoire qui ne s'invente pas. Certains ne supportent pas le bruit des chewing-gum qu'on mâche comme des bœufs (ma mère), d'autres le bruit trop violent que l'on fait en appuyant sur les interrupteurs (mon père), les bruits de chiens qui aboient (mon copain), le bruit des escaliers la nuit (ma belle-mère), ou alors le bruit des groupes de jeunes qui rigolent comme des hyènes sous votre fenêtre à deux heures du matin (tout le monde). Moi, je ne supporte pas les ronflements. C'est le bruit qui me file des tics nerveux. Parfois, je me reconnais pas. Ce n'est pas juste énervant ; entendre ce bruit est une douleur, inexplicable, mais réelle. A chaque ronflement, je me crispe, je me mords les lèvres, j'ai envie de pleurer, d'exploser, et ceci multiplié par les 2000 ronflements/nuit, ça vous donne, au réveil, une nana d'une humeur de bouledogue qui vous tranche la tête si vous lui dites bonjour un peu de travers.

Et puis, la fameuse excuse des boules-kiès : oui, je sais que ça existe. Oui, j'en mets. Mais les boules-kiès atténuent le bruit, mais ne l'enlèvent pas. Pour ceux qui aimeraient chipoter : oui, je les mets correctement, je les enfonce tellement loin que j'ai maintenant, quotidiennement, de petites douleurs dans les oreilles. Mais je l'entends quand même. Parfois, j'ai l'impression qu'il est dans le lit, avec moi.

Je ne dis pas que ce sont de leur faute. C'est peut-être une des choses que l'on contrôle le moins, ce que l'on fait dans notre sommeil. Notre corps prend le dessus et notre esprit, celui qui nous permet de prendre des décisions, de savoir ce qu'il faut faire ou non, est complètement amorphe. On n'y peut rien.

Ce qui me perturbe, ce sont les réactions des gens quand on en parle. A les entendre, ce n'est rien de grave. A les entendre, c'est comme arrêter de fumer, il ne tient qu'à nous de supporter sereinement ce bruit. Question de volonté, voyons. A les entendre, on est cons et méchants. Non.

Ce que j'aimerais, c'est un petit effort. Mon père, depuis deux ans que je manque de sommeil, n'a même pas essayé de prendre des médicaments contre ça, d'en parler à un médecin ou à un pharmacien. Comme si mon sommeil à moi était optionnel tant qu'il garde très soigneusement le sien.

Je vais peut-être apprendre quelque chose aux gens qui pensent que cette histoire de nuits blanches ne sont que des jérémiades de gamine : sans sommeil, on meurt. Au début, on est juste fatigué. Oui, au début, je ressentais juste de la fatigue, et la fatigue est une sensation à laquelle nous sommes tous plus ou ou moins habitués. Mais ça, ce n'était qu'au début. (Mon père s'est mis à beaucoup ronfler du jour au lendemain, pour info. Et depuis, ça ne s'est jamais arrêté.) Au bout d'une semaine, en plus d'être fatigué, on a vaguement envie de sauter au cou des gens qui nous adressent la parole. On est sur les nerfs, on en veut à la terre entière, on insulte même notre mur et nos posters et on se prend le chou pour des détails. Et quand ça commence à se compter en mois, je vous le dis, c'est invivable. Ce n'est que du sommeil, mais sans sommeil, personne ne peut survivre, rester souriant, rester vivant, rester efficace. Je me suis mise à piquer des crises, à devenir incontrôlable la nuit, à hurler, à cogner les murs. Lorsque je l'avais mentionné dans un autre article, on me reprochait presque mes réactions. Comme si j'étais méchante et égoïste. Non, pas exactement. Je n'étais ni méchante, ni égoïste. J'étais quelqu'un qui passait mes nuits à stresser, à guetter les ronflements, à me tordre sur moi-même chaque fois que j'en entendais un, à tout faire sauf dormir, et le matin, à 6h, je m'extirpais quand même de mon lit pour aller prendre les transports et suivre mes cours à la FAC. Ça ne fait pas de moi quelqu'un d'égoïste. Ça fait de moi quelqu'un de fatigué, d'à bout de nerfs.

J'ai testé plusieurs marques de bouchons à oreilles. Certains qui, à part me démanger, n'atténuaient rien du tout. Certains que je n'arrivais pas à mettre correctement. J'ai trouvé de bons boules-kiès, récemment, qui ont réparé mes nuits. Parfois, mon père ronfle toujours plus fort que les capacités de mes boules-kiès, mais ce n'est plus toutes les nuits. J'ai retrouvé un sommeil à peu près normal, même si je garde un souvenir très douloureux de cette longue période sans repos, jonchée de stress et de ras-le-bol. Et, même si c'est exagéré, ça m'est arrivé de vouloir me tuer. Certaines nuits, j'avais l'impression que c'était la nuit blanche de trop, j'aurais donné tout ce que j'avais (même ma palette Naked, quand même...) pour pouvoir dormir calmement juste quelques minutes, j'en avais marre d'être encore là, avec nulle part où aller, à subir ces bruits qui me rendaient dingue.

C'est quand même fatiguant, de manquer de sommeil... Oh, punaise, mais elle est pas un peu con, cette phrase ? C'est pourtant logique, non ? Ce n'est pas l'évidence même ? Pas pour tout le monde, aux vues des réactions moqueuses et parfois mêmes agressives que j'ai reçu.

C'est un gros article pour pas grand-chose. Je ne pointe pas du doigt les ronfleurs. J'ai juste la malchance de vivre avec des ronfleurs qui minimisent l'état dans lequel un humain se trouve au bout de plusieurs mois de nuits sans vrai sommeil. Certainement que si on ne l'a pas vécu, on verra toujours ce problème comme un faux problème sans gravité. C'est évident que ce n'est pas le pire problème d'une vie : mais ç'en est un, quand même.

Et le bonus qui fait plaisir : à force de dormir avec des boules-kiès, je ne supporte plus aucun bruit. Ne t'avise pas d'éternuer ou de taper sur ton clavier à côté de moi si j'essaie de dormir. Et monsieur le Vent sera également prié de se taire quand je suis au lit. Et les voisins qui tapent au marteau à 9h du mat', je leur envoie des pizzas à la mort-au-rat. Et l'aspirateur à feuilles mortes qu'on entend tous les jours dehors en automne, je lui lance une bombe. Et mon copain qui grince des dents la nuit... bah, il a de la chance que je l'aime.

Je suis vouée à la dépendance du silence et à la violence. C'est dur, quand même...



Avez-vous déjà vécu ça ?

Si oui, je vous envoie pleins de bonnes ondes solidaires.
Si non, je vous souhaite que ça ne vous arrive pas de sitôt !

Posté par JeuneAnecdotique à 20:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Pourquoi vivre avec un ronfleur, c'est pas trop le bonheur au pays des arcs-en-ciel ?

    Toute l'année dernière dans ma cité universitaire... Les gens faisaient la fête tous les soirs (j'entends par là, laissez la cuisine ouverte et parler trop fort), mon *retiens de l'insulter* voisin de chambre mettait sa TV/ordinateur à fond TOUS LES SOIRS et malgré mes trop nombreuses sollicitations, il a continué toute l'année. C'était INVIVABLE. Je n'attendais que le week-end pour rentrer chez moi et dormir dans mon lit. J'étais comme toi tout le temps fatiguée. Je regrette de ne pas avoir signaler son comportement et d'avoir toujours été aimable avec lui. Le sommeil, c'est trop précieux.

    Mia

    Posté par Profil supprimé, 28 novembre 2012 à 20:58 | | Répondre
  • Ah j'adore le gif MDR ♥

    Posté par Maêva, 28 novembre 2012 à 21:26 | | Répondre
  • Haha j'ai l'impression de m'entendre !!!
    Mon père ronflait et ça m’empêchait de dormir... j'avais la chance d'avoir une chambre d'ami, donc j'ai changé de chambre ^^ (je l'entendait quand même malgré l'étage qui nous séparé mais c'était beaucoup moins fort !!!)
    Par contre, depuis que je suis avec mon mec, c'est la cata ! et je fais mon égoiste ! Si je ne peux pas dormir, lui non plus ne dormira pas. Si bien que quand il ronfle je le reveille ! tout le monde me dit de bouger dans le canap, mais pourquoi ce serait à moi d'aller me bousiller le dos dans ce canap, alors que en plus j'ai déjà le sommeil démoli ?! donc quand il en a marre d'être reveillé, il va dans le canap et la j'ai le lit pour moi toute seuleeee :D avec le silence et personne qui me reveille en se retournant ou en grincant des dents :D :D :D
    Je lui ai fait tester des trucs à foutre sous le palet mais ses ronflement viennent plus du nez on dirait ! J'ai lu que certain se faisait cramer le fond de la gorge :/ gore quand même ^^

    Posté par Georgette, 28 novembre 2012 à 21:28 | | Répondre
    • Moi aussi au début je voulais que ce soit les "gêneurs" qui bougent... J'ai vite compris qu'ils n'en avaient aucunement l'intention, et que je devais choisir entre mal dormir et pas dormir. J'ai choisi de mal dormir et j'ai pris la direction du canapé. Mais chez moi je peux pas, ma mère y dort, et elle ronfle aussi. Bref, je suis condamnée ;)

      Tu as bien raison de faire ça. Un petit "chacun son tour" serait parfait, mais tu as de la chance de vivre avec quelqu'un qui, quitte à gêner, accepte de partir un peu plus loin. Moi j'ai déjà essayé de dormir dans la baignoire chez moi... et personne n'en a rie eu à foutre. Sympa :D

      Posté par JeuneAnecdotique, 28 novembre 2012 à 21:34 | | Répondre
  • Mon ex ronflait comme un porc mais vraiment et c'était l'horreur. Mon père a toujours ronflé extrêmement fort aussi mais il se calme en se mettant sur le côté et il ne ronfle pas toute la nuit alors que mon ex.... c'était insupportable. Heureusement, j'allais toujours me coucher avant lui mais si j'avais le malheur de me réveiller au milieu de la nuit, c'était foutu. J'étais obligée de lui foutre des coups et de le secouer pour qu'il se mette en demi-sommeil et qu'il arrête le temps que je me rendorme mais bien souvent il recommençait à ronfler avant. Et à part ça, je suis pas mal sujette aux insomnies et compagnie alors les gens qui ne peuvent pas se rendre compte à quel point un bon sommeil fait toute la différence, je connais bien et je compatis. Surtout que je suis désolée mais tout le monde n'a pas forcément envie de s'enfoncer des trucs dans les oreilles pour dormir, je déteste ça. Et puis, personnellement si je ronflais j'essaierais de trouver une solution ne serait-ce que pour atténuer la chose pour mon entourage alors ça me dépasse qu'on puisse s'en foutre royalement sous prétexte que soi-même on dort paisiblement, bonjour la vie en communauté.

    Posté par La fille d'àcôté, 28 novembre 2012 à 21:36 | | Répondre
  • Je te comprends parce que ce week end on était entre amis et j'ai dormi 5 heures sur les deux nuits parce que j'étais dans une chambre avec deux ronfleurs et je ne m'en suis toujours pas remise. En plus, les boules quies je ne peux pas : jai eu des pb d'oreilles gamine, et aujourd'hui, je n'aime pas tout ce qui rentre dans mes oreilles

    Posté par Marcelle, 29 novembre 2012 à 10:02 | | Répondre
  • http://www.ciao.fr/Silence_spray_Anti_Ronflement__793746?AID=title&KID=PA_SP_reviews_offers

    Avec une joli carte, pour Noël... c'est un cadeau il ne pourra pas refuser!

    sinon il y a aussi la solution de le supplier de prendre une cuillère de moutarde forte avant de se coucher... mais bon vu qu'il a refuser de prendre des medocs...

    Je compatis ma belle!

    Posté par chloé, 29 novembre 2012 à 12:20 | | Répondre
  • Ma belle mère dirait qu tu as mille fois raison, son mari ronfle très très fort! je sait ce que c'est. Moi j'ai eu la compo grincement de dents et ronflements. et je remercie les seigneur de m'avoir donner un sommeil de plombs (très très plombé!)
    et quand c'est mon chéri qui ronfle et que je dois supporter ça trois heures ça m’agace, alors toi qui n'en sors pas, je te comprend vraiment. N’empêche vive le père qui s'en fous! il existe des médicaments ou des spray en pharmace qui peuvent atténuer les ronflements. (elle en a pris)

    Posté par Cari, 29 novembre 2012 à 13:33 | | Répondre
  • Coucou ! je t'ai tagguée dans mon dernier article ;) Des bises !

    Posté par estellegdaily, 29 novembre 2012 à 14:02 | | Répondre
  • Tu verras quand tu auras un nouveau né : rebelotte pendant 3-4 mois si tout va bien, et beaucoup plus si tu n'as pas de chance... Tu t'entraines, en quelque sorte ! :-) Bon aller courage ! Un jour tu n'habiteras plus avec eux... Mais choisis ton petit copain avec soin de ce côté là ;-)

    Posté par gnangnan, 29 novembre 2012 à 16:17 | | Répondre
  • Moi aussi mes parents ronflent... enfin ma mère surtout parce que mon père quand je tape au mur il se réveille, mais ma mère est une souche et quand enfin elle ouvre les yeux, deux minutes plus tard elle ronfle de nouveau... La nuit quand je me lève pour aller aux toilettes et que j'entends les ronflements je me fixe automatiquement dessus, sans réfléchir, je me crispe à chaque bruit et je mets du temps avant de me rendormir. En plus les boules kiès tiennent pas dans mes oreilles... Mais bon, depuis que j'ai kidnappé un des coussins du salon et que je le séquestre dans ma chambre ça va mieux... je me le plaque sur la tête, je le bloque entre mon épaule et le sommier du lit, et si besoin je me bouche les oreilles et le coussin tient ma main donc ma main est détendue, j'ai pas mal au bras, donc je m'endors x)

    Pour le grincement de dents je me souviens d'un reportage où un gars grinçait des dents, du coup il les avait comme... euh... rongées, enfin elles s'étaient usée... il avait été obligé d'aller voir un orthodentiste, je crois, qui lui avait mit un appareil spécial.

    PS : je viens de voir que tu m'as mis un lien dans ta blogroll, j'avais jamais remarqué :/ Mais merci, c'est gentil ! :D

    Posté par Lew, 29 novembre 2012 à 17:26 | | Répondre
  • Quand on m'a dit "pour le meilleur et pour le pire" j'ai pas tilté......mais après tout c'est valable pour les deux. moi, je suis une vraie fille très perverse qui fait avec ses moyens. donc je lui fait passer des nuits pourries (je bouge, j'éternue, je tousse) et c'est lui qui capitule, il va sur le canap. de toute façon ce concept de lit pour 2 c'est une invention de pauvre c'est pas possible !!!!!! (ceci dit, nous ça fait 12 ans...) comme dit une amie à moi, le mariage c'est comme un dîner super long et chiant qui commencerait par le dessert...

    Posté par lucile, 30 novembre 2012 à 08:57 | | Répondre
  • J'ai appris récemment que je ronflais aussi un peu :( apparemment ce n'est pas tous les jours, ni même toujours fort, mais je me suis sentie tellement mal pour mon copain qui doit passer des mauvaises nuits que je vais essayer de trouver des produits en pharmacie contre ça... Le sommeil c'est trop précieux pour que je puisse l'en priver, même malgré moi !
    En tout cas je comprends tout à fait ton point de vue, contente que tes nuits soient meilleures, c'est clairement la clé du bonheur :)

    Posté par blogdudimanche, 30 novembre 2012 à 10:16 | | Répondre
  • huuuuuun, moi depuis toute petite je confond le jour et la nuit :c je suis hyper déréglée dans tout ce qui est sommeil... je rêve de mon lit en cour et je rêve de ma console, mon ordi et mon matos d'art pla la nuit ... c'est chiiiiiiiiiii*nt... kwa... mais après sinon... personne ne peut comprendre que j'ai été habituée depuis toute petite car ayant des voisins chiants qui fessaient la teuf même en semaine dans mes premières année... ça à pas aider à régler le faite que j'été déjà comme ça depuis que je suis née...

    Posté par P'tite Lucra, 10 décembre 2012 à 22:56 | | Répondre
Nouveau commentaire